Michèle Cottier, présidente de l’Université Jean Monnet Saint-Etienne saisit le Procureur de la République après avoir reçu deux courriers anonymes.

En l’espace de trois jours, la présidente de l’UJM a reçu deux courriers injurieux et orduriers l’attaquant personnellement elle et son équipe. Ces courriers, sur fond de haine, de racisme et de références historiques douteuses, réclament son départ de la présidence et l’abandon du projet de l’Université Lyon-Saint-Etienne dont les statuts doivent être votés lors du Conseil d’Administration le 23 octobre prochain.

Dans un message adressé à l’ensemble de la communauté universitaire, la Présidente dénonce notamment la « violence », qui, « contraire aux valeurs universitaires menace notre vie collective.

Accusée notamment d’agir en « dictateure » dans un des courriers, la présidente, s’adressant à sa communauté universitaire souligne que « chacun et chacune d’entre vous pourra naturellement juger du niveau de la dictature dans un établissement qui vit avec l’expression publique permanente d’une opposition au projet que je porte comme présidente réélue démocratiquement ».

La présidente Michèle Cottier en appelle aux responsabilités de chacune et chacun, opposant ou adhérant au projet de l’Université cible de Lyon Saint-Etienne, afin d’œuvrer à ses côtés pour maintenir la sérénité, seule condition pour que le débat démocratique soit garanti.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *