Michel Thiollière : le directeur de cabinet n’exprime jamais quelque chose que le maire ne pense pas

Sextape stéphanoise. Les prédécesseurs du maire s’expriment.
Samedi à l’Aréna de Saint-Chamond, le maire de Saint-Etienne affichait sa solitude. Certains élus dont le président du département discutaient durant le discours du président LR de la Métropole. Pour la photo, les gens s’écartaient à l’exception de quelques fidèles comme Siham Labich et Marc Chassaubéné. Interrogé, Gaël Perdriau a , une nouvelle fois, invoqué la présomption d’innocence.

Ce lundi soir, 19 septembre, France 3 Saint-Etienne a interviewé Michel Thiollière sur le scandale de la sextape. Au début du scandale, l’ancien sénateur-maire s’était déclaré « estomaqué » en réponse à une question du Progrès. Interrogé par France 3 sur le rôle d’un directeur de cabinet, il dit que son rôle est de faciliter les choses. Il n’exprime jamais quelque chose que le maire ne pense pas. Il est là pour conseiller le maire qui choisit. Sur le scandale, Michel Thiollière le trouve tellement abject qu’il en éprouve un sentiment de nausée. « On n’a pas le droit de faire ça. Ceci n’est pas possible à Saint-Etienne » Et de conclure : l’image de la ville en prend un coup !
Dans un tweet, son successeur Maurice Vincent dénonce « l’ignominie des menaces, un chantage abject, une honte pour les 400 000 habitants du territoire ».

La presse nationale poursuit ses enquêtes.
Lors du week-end, le Monde a consacré une page entière au scandale stéphanois. Libération a doublé la mise sur deux pages. L’hebdomadaire Le Point a consacré un long article au sujet. Et, dans Marianne, le maire de Saint-Etienne a eu droit à un sujet dans la rubrique « les gamelles de la semaine » au côté de Ségolène Royal viré de BFM TV après des propos pro-russes.

L’hebdomadaire a sous-titré sa rubrique : »La pire déclaration et les plus mauvaises idées de la semaine ». Le maire de Saint-Etienne a droit à un sous-titre spécial intitulé « la chute de la semaine ». Le journal évoque des pratiques mafieuses à Saint-Etienne, un maire qui s’accroche toujours malgré une procédure d’exclusion des LR et une colère qui monte chez les élus et les citoyens stéphanois.

Et de conclure par cette question : l’étape suivante : la mise en examen ?
Le Point, pour sa part, parle d’une onde de choc chez les personnels évoquant un climat délétère à l’hôtel de ville. « Monsieur Perdriau se considère comme un seigneur local à qui il faut plaire ».

Passoire municipale.
L’an dernier, pour la rentrée politique, la majorité municipale avait eu droit à un séminaire de deux jours en Ardèche avec transport en bus. Un telle séance était prévue cette année mais annulée à cause des événements.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com