Les oppositions se multiplient contre le maitre du château

A Villars, l’opposition demande des éclaircissements sur le cas Perdriau.
« Villars c’est vous » est le nom du groupe municipal d’opposition à la majorité municipale de Jordan da Silva. A Villars comme ailleurs dans Saint-Etienne Métropole, le scandale de la sextape est au centre des préoccupations des citoyens et des élus. Les opposants villardaires, lors du dernier conseil municipal, ont souhaité connaître la position du maire sur cette affaire.

Ces opposants notent la perte de confiance envers le président de la métropole et un pourrissement de la situation néfaste pour le territoire. Alors que le maire manifeste son soutien à l’exécutif métropolitain, l’opposition met en avant des critères éthiques.

Position d’Hervé Reynaud.
Alors qu’il a longtemps joué les médiateurs depuis l’éclatement du scandale du Perdriau gate, le premier vice-président de la Métropole vient de mettre les points sur les i dans un entretien accordé au Progrès. Et ceci après que Gaël Perdriau ait transmis à des élus et à un journal des SMS échangés entre les deux élus. Dans le même temps, deux votes à bulletins secrets ont eu lieu avec les élus intercommunaux.

A chaque fois, une large majorité d’élus souhaitent la démission de Perdriau qui continue à dénoncer un complot médiatique et politique. Le pseudo « retrait total » de Perdriau ne résout aucun problème de gouvernance. Et Perdriau compte bien tenir jusqu’en 2026 !

Recréer le ciel.
Genèse et devenir du populisme. Antoine Cargoet. Editions Cerf.
A l’heure où le populisme progresse dans plusieurs pays d’Europe de l’ouest, dont l’Italie, l’Espagne, la France mais aussi à l’Est, en Hongrie et Pologne et au delà, en Asie, en Amérique, l’auteur nous propose une réflexion sur cette posture politique qui n’est pas uniquement contemporaine. Dans un ouvrage particulièrement bien écrit, l’auteur cite abondamment des écrivains, des politiques, des analystes de toutes périodes et pays. Cela va de Sénèque à Victor Hugo, d’Esope à Marcel Gauchet que l’auteur affectionne. Ce regard sur un phénomène politique cyclique se lit d’un trait