Partager cet article :

Depuis vendredi dernier les « Halles Mazerat » ont une seconde chance, inaugurées en grande pompe par la jet set stéphanoise, et dirigées par la société Basque Biltoki. La jeune entreprise développe un modèle à travers lequel les commerçants vendent leurs produits à emporter ou à consommer sur place. Gestionnaire du lieu, elle tient aussi le café situé au centre.

Si on ne souhaite que la réussite d’un si bel endroit avec une si belle rénovation, il est évident que certaines questions se posent…

Nous aurons les réponses sans doute après un premier hiver, mais le premier constat est que tout est beau tout est comme on le voit dans de nombreuses villes Françaises et mêmes Européennes…et on souhaite que ce rendez-vous gastronomique stéphanois s’installe dans la durée dans le paysage stéphanois, et puisqu’on redynamise le quartier de la bourse, certains murmurent a quand une vraie et belle rénovation de la Bourse du travail ?

Pour revenir à l’histoire des Halles Mazerat, du Moyen-Age au XIXème siècle, le quartier des Halles Mazerat, quartier des Gauds à l’époque, a été successivement un lieu d’échanges, de transformation, de culture de la vigne et de commerces. Par exemple, il y avait un moulin à blé sur l’actuel emplacement de la Bourse du travail !

Dès le Nouvel Empire, de grands travaux de restructuration donnent un nouveau visage au quartier : couverture d’une partie du Furan du quartier, la rue Saint-André est renommée Cours Saint-André avant de devenir, en 1886, l’actuel Cours Victor Hugo.
En 1859, l’ancien terrain des vignes des Ursulines accueille l’École de dessin et en 1872, les halles municipales sont créées. Enfin, en 1904, la Bourse du Travail est construite à côté.
Au XXème siècle le Cours Victor Hugo devient un lieu de promenade. Ainsi remanié, l’ancien quartier des Gauds devient un quartier animé, culturel et commercial.
Côté architecture, les Halles Mazerat ont été construites dans le style Baltard, du nom de l’architecte de la ville de Paris en 1849 : Victor Baltard.
Il est particulièrement célèbre pour les Halles de Paris qu’il a réalisées entre 1857 et 1874. Celles-ci ont été démolies au début des années 1970. La Bibliothèque historique de la ville de Paris conserve un fonds Victor Baltard composé d’un ensemble de 26 plans originaux mis en place pour les Halles Centrales. Dans le même esprit sont nées les Halles Mazerat de Saint-Étienne. Ainsi, les façades sont constituées de persiennes fixes en bois, positionnées par des châssis métalliques.
Il a été décidé d’un marché couvert pour redonner un élan au quartier des Gauds,et d’organiser les étals qui étaient jusque-là sauvages pour la plupart. Cela a permis d’avoir un espace salubre pour toutes les marchandises périssables du marché des Ursules et de la criée, concentrer les vendeurs sur un espace unique.
Mais pas que, il s’agissait aussi d’offrir un lieu de sociabilité dans lequel les Stéphanois achetaient des produits locaux et frais pour une cuisine au quotidien.
En 1865, la volonté du secteur agricole de regrouper en un lieu unique les trois gros marchés alors existants parachève ce beau projet de halles municipales. Sur le marché, la vente à la Criée se faisait par arrivage quotidien de poissons de l’Atlantique directement et l’approvisionnement se faisait par les exploitants agricoles de la Plaine et de la Haute-Loire.
Genèse des Halles Mazerat : Un projet de construction qui a duré plus de 3 ans
En 1869, le projet d’un marché couvert se dessine et se précise, le conseil municipal approuve les plans de l’architecte Louis Mazerat pour 126 boutiques sur 1606m2 de surface. Les travaux débuteront en 1870, pour une installation des marchands le 28 février 1872.
Le 25 mars 1872, c’est l’ouverture des halles au public.

Adresse : 2 Cours Victor Hugo, 42000 Saint-Étienne

Info Dossier de presse d’ouverture – photos Gilles Charles du 5 septebmre 2021 
le site est à la disposition des commerçants pour parler de leurs valeurs, leurs envies de partage.