Les conseillers municipaux stéphanois écologistes regrettent le temps perdu et les fausses raisons évoquées pour justifier la frilosité de l’exécutif

Communiqué de presse du jeudi 21 juillet 2022 des conseiller·es municipaux écologistes sur la piétonnisation estivale de la place Jean Jaurès

La ville de Saint-Étienne lance une piétonnisation test en centre ville : les conseiller·es municipaux écologistes s’en réjouissent mais s’étonnent du revirement soudain de Gaël Perdriau.

A grand renfort de communication, la municipalité expérimente la piétonnisation de la place Jean-Jaurès, mais du 7 au 30 juillet, et pendant 18 heures par semaine seulement, soit les jeudis, les vendredis et les samedis de 19h00 à 1h00 du matin. Les Stéphanois·es devront se dépêcher d’en profiter, vu le peu de temps que cela durera. La municipalité ferait-elle preuve d’une rare audace ? Elle s’excuse presque de son initiative, prise à la demande de commerçants pour sécuriser le travail de leurs employé·es. 

Pourtant, rien d’époustouflant dans cette soi-disant prise de risque. Elle permet enfin à une partie des Stéphanoises et Stéphanois de profiter d’un environnement apaisé, sans voiture, du bonheur d’être attablés à une terrasse, ou encore de pouvoir déambuler à l’ombre d’arbres plus que centenaires. 

A Saint-Étienne comme ailleurs, les écologistes ont toujours insisté pour que les centre-villes soient rendus aux piétons. Dernièrement encore, lors du conseil municipal du 23 mai, les conseiller·es municipaux écologistes demandaient à monsieur le Maire qu’une expérimentation ait lieu à Saint-Étienne : piétonniser des grands axes commerçants stéphanois plusieurs jours par an. Sans surprise, cette proposition a été rejetée. 

Les écologistes stéphanois regrette que M. Perdriau n’ait pas osé admettre que les écologistes peuvent avoir des idées, le plus souvent pas bêtes du tout. Au-delà de l’aspect convivial et sécurisant pour les personnes travaillant sur l’espace public, les zones piétonnes permettent d’apaiser la ville, de réduire l’exposition à la pollution des gaz d’échappement, de favoriser des modes de transport doux tels que la marche ou le vélo.

Elles permettent de réconcilier la ville avec ses usagers, de leur redonner le plaisir de faire un tour en ville, de rencontrer, d’échanger, de créer du lien, à tout âge. 

Si les écologistes stéphanois saluent la décision de limiter l’usage de la voiture en centre ville, ils regrettent que cette mesure ne soit qu’une expérience, sur un temps et une zone trop limités. Ils regrettent le temps perdu et les fausses raisons évoquées pour justifier la frilosité de l’exécutif à Saint-Étienne.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com