Partager cet article :

Nouvelles manifestations dans la Loire.
Les commerçants du centre ville de Saint-Etienne ont vécu la révolte des gilets jaunes, le confinement. Ils pensaient avoir franchi une
étape difficile. Pour la deuxième fois en quelques jours, des manifestants anti-vaccins ont réinvesti le centre-ville stéphanois.
Hier, plusieurs centaines de manifestants se sont retrouvés place Jean Jaurès. Un chiffre en hausse par rapport au précédent rassemblement.
Ceux-ci protestaient contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale tout en huant le chef de l’Etat Certains participants voulaient se rapprocher du centre de vaccination de la Plaine Achille mais se sont heurtés à un mur de gendarmes et de policiers à Carnot.
Des manifestations ont aussi eu lieu à Roanne, Charlieu et au Puy-en-Velay. Dans le même temps, le Progrès nous apprenait que 40% des personnels de l’hôpital du Gier, à Saint-Chamond, ne sont toujours pas vaccinés.

2 – La plasturgie se porte bien dans le Gier.
L’entreprise saint-chamonaise, Agripolyane, est en plein essor. Cette entreprise produit des films plastique pour l’agriculture et d’ici deux ans, elle envisage  de produire 20 000 tonnes de film pour les besoins de l’agriculture. En pleine augmentation de son chiffre d’affaires de 35 millions d’euros en 2020, elle vient de racheter ses locaux à Saint-Etienne-Métropole pour s’étendre et procéder à une opération de désamiantage. *

Agripolyane va investir 15 millions et envisage de recruter 40 nouveaux collaborateurs. La nouvelle usine sera couverte de panneaux photovoltaïques pour réduire la consommation électrique.

3- La CGT prise la main dans le sac.
La deuxième centrale syndicale de France vient de distribuer quelques 100 000 sacs publicitaires textiles lors des étapes du tour de France.
Le hic pour une organisation qui plaide en permanence pour le relocation des industries en France est que ces sacs proviennent
d’Asie. Peut-être ont-ils été fabriqués par des enfants, des prisonniers, des Ouïghours ? La filiale de fabrique de sacs des Tissages de Charlieu, dans la Loire, propose ses services à la centrale syndicale pour le prochain tour de France. Naturellement, la production française est plus coûteuse mais un syndicat n’est-il pas là pour sauver des emplois sur le territoire national où il est implanté ?