Partager cet article :

1 Commentaires post électoraux.

Le duo Pierrick Courbon et Arlette Bernard, un des trois rescapés de la gauche départementale, apprécie son score de 55,45 % face au binôme d’ Éric Berlivet et de la présidente du Modem Loire, peu active durant la campagne, la deuxième adjointe stephanoise, Siham Labich.
Le duo gagnant est satisfait d’une victoire qui reconnaît son engagement de terrain. Il déplore l’abstention et salue ses adversaires.
À Saint Étienne, Valérie Arfi et Jérôme Masegosa, qui ont donné des sueurs froides au président Ziegler, fort de ses 26 ans de présence départementale, déplorent les choix budgétaires de la majorité et salue « la naissance d’un espoir » en souhaitant que la gauche se reconstruise. Régis Juanico et Marie Michelle Vialleton dénoncent une logistique électorale gouvernementale lamentable. Pour eux, cette élection est aussi « un cinglant désaveu » pour Gaël Perdriau.
Celui ci regrette L’abstention et critique le gouvernement pour son organisation. Il salue l’élection de Laurent Wauquiez en oubliant de souligner son score stephanois largement inférieur à la moyenne régionale.
.

2 Un conseil municipal animé.

Pas de trêve pour le maire de Saint Étienne qui avait fixé un conseil municipal dans la foulée des élections locales. Seul aux commandes grâce à la visio, Gaël Perdriau à multiplié les coups de sang jusqu’à remettre en place le conseiller municipal Ali Darfi à propos des conditions de jeu du club de foot du quartier de la Rivière.
Les trois oppositions de gauche dénoncent « un dérapage verbal » et le refus du maire de débattre. Ces élus demandent des excuses au premier magistrat.
.

3 Pas de pause sociale après le vote.

Ce mardi 29 juin, la CGT des territoriaux de la ville de Saint-Etienne ne manifestera pas dans la rue son désaccord sur la réforme du temps de travail et des congés. Elle demande à ses adhérents de faire une heure de grève en fin de matinée.
Elle espère que le prochain conseil municipal du 27 septembre mettra le sujet à l’ordre du jour. Dans quelques jours, elle publiera une lettre ouverte au maire dont elle déplore le silence et elle va intervenir auprès de la préfete.
Une nouvelle réunion syndicale est prévue pour le 7 septembre. La rentrée s’annonce compliquée en mairie de Saint-Etienne.