Le magasin de Villars définitivement exclus du plan de reprise d’Alinea : Régis JUANICO demande au Gouvernement des mesures d’accompagnement à la hauteur

Le tribunal de commerce de Marseille a examiné hier à huit-clos l’unique proposition de reprise de l’enseigne d’ameublement Alinea, et a annoncé un délibéré pour le 14 septembre prochain.

Pour mémoire, cette offre de poursuite de l’activité a été déposée par les actionnaires actuels d’Alinea, la famille Mulliez (Alexis Mulliez à hauteur de 15% et l’Association Familiale Mulliez pour 85%). Celle-ci prévoit une véritable saignée sociale, en ne conservant que 9 magasins sur les 26 que compte l’enseigne et ne préservant que 865 emplois sur près de 2000.

Au-delà de l’effet d’aubaine évident représente pour les actionnaires d’Alinea l’ordonnance n°2020-596 du 20 mai 2020, laquelle autorise la cession de tout ou partie des actifs d’une société en difficulté à son dirigeant en cas de maintien d’emplois, force est de constater que le magasin de Villars, fort de 7 500 m² de surface de vente sur une emprise foncière de 12 000 m², est définitivement exclus du plan de reprise. 75 salariés y travaillaient jusqu’à présent.

Rien n’a filtré quant au contenu du Plan de Sauvegarde de l’Emploi. La direction d’Alinea avait annoncé que seraient proposées « plusieurs centaines d’offres de reclassement dans des enseignes de l’association familiale Mulliez et auprès des repreneurs ». Cependant, pour le site de Villars, c’est une nouvelle fois la douche froide, puisque ce ne sont que 3 offres internes qui ont été publiées, lesquelles sont de surcroit très éloignées du cœur de métier de la majorité des salariés d’Alinea.

J’ai en outre été alerté par les organisations syndicales sur les difficultés qui se sont faites jour quant à la négociation de primes supra-légales, dont le montant demeurerait ridiculement faible, malgré le fait qu’une enveloppe de « plusieurs millions d’euros » à répartir entre les personnes licenciées ait été évoquée hier par les dirigeants de l’entreprise, sans davantage de précisions.

Avec le Maire de Villars, Monsieur Jordan DA SILVA, son équipe municipale et la Métropole de Saint-Etienne, nous partageons l’écœurement des salariés d’Alinea Villars face à cette situation d’autant plus inacceptable et incompréhensible que le magasin villardaire réalisait régulièrement un excellent chiffre d’affaires au niveau national.

Au-delà des dispositifs légaux d’accompagnement et de la mobilisation des acteurs économiques locaux, je viens d’écrire une nouvelle fois au Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno LE MAIRE, ainsi qu’à sa Ministre déléguée Agnès PANNIER-RUNACHER, afin de leurs demander quelles actions le Gouvernement compte désormais entreprendre pour soutenir les salariés d’Alinea qui resteront, à l’instar de ceux de Villars, exclus de toute forme de reprise.

Régis JUANICO
Député de la Loire

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *