Le Groupe Casino s’implique sur l’ensemble du territoire de la Métropole dans la durée…

Le Député J.M. MIS a interpellé par courrier le Président directeur général Groupe Casino, Jean-Charles NAOURI sur la situation du groupe. Depuis plusieurs mois déjà, et notamment depuis la mise en sauvegarde de la société mère du groupe Casino, Rallye, le 23 mai dernier, la presse économique se fait régulièrement l’écho de diverses négociations ou décisions des plus alarmantes pour l’avenir du Groupe Casino, entreprise emblématique de notre territoire. Les représentants syndicaux des salariés du groupe Casino, de leurs côtés, me font aussi part régulièrement de leurs inquiétudes quant à l’avenir des enseignes du Groupe directement rattachées au siège social de Saint-Etienne. En effet, ces dernières semblant connaître les difficultés les plus importantes, elles pourraient devenir à long terme non stratégiques pour l’avenir de Casino. 

Voici quelques extraits de sa réponse :

Depuis plus de deux ans, Casino et son actionnaire Rallye sont en effet l’objet d’attaques sans précédent sur la place de Paris. D’autres sociétés françaises cotées ont été et seront à leur tour visées par ses pratiques qui, comme vous l’indiquez, utilise l’outil de la vente à découvert en l’assortissant de pratiques contestables. Par ailleurs, l’Autorité des Marchés Financiers et le Parquet National Financier ont été saisis. 

Cette démarche de protection est destinée à mettre un terme aux attaques répétées sur les liquidités de Rallye et de grande ampleur de la part de fonds spéculatifs, dont Casino est la cible depuis de longs mois. C’est une procédure classique, connue, prévue par la loi française pour extraire les sociétés de la pression du court terme et lui redonner des marges de manoeuvre stratégique. La procédure de sauvegarde permet donc à Rallye de travailler, sereinement, en concertation avec ses créanciers, à un plan visant à pérenniser son rôle d’actionnaire de contrôle du groupe Casino grâce à une structure de financement adéquate, durable et renforcée. 

La procédure de sauvegarde ne concerne pas le groupe Casino en tant qu’entité. Pour autant, ce dernier doit s’adapter aux nouvelles donnes d’un secteur en pleine mutation. C’est précisément cette prise en compte des évolutions de la distribution qui nous permet de préserver l’emploi et d’éviter que la mutation des métiers de la distribution soit subie par nos salariés.

Ces sujets d’évolution des métiers de la distribution ont été largement anticipés au sein de notre groupe puisqu’un « Comité d’anticipation » a été créé avec les partenaires sociaux et se réunit tous les trimestres. Il veille à la bonne exécution des plans d’action. Nous avons, notamment, mis en place un centre de services partagés chargé de la mobilité à l’intérieur du groupe  et les résultats présentés au Comité sont probants.

D’autres grands employeurs de la distribution ont choisi d’autres voies. Ce n’est pas le choix du groupe Casino.  Dans le cadre des cessions de magasins déficitaires réalisées en 2019, comme le prévoit le Code du travail, les collaborateurs de ces magasins ont tous été repris par les acquéreurs. 

Vous remarquerez qu’aucune de ces cessions ne concerne les actifs stratégiques du groupe. Les cessions de murs sont la suite d’un processus engagé depuis plusieurs années qui n’est pas propre à Casino, ni même à la distribution. De nombreuses activités de service (les chaînes hôtelières ou les réseaux de salles de cinéma par exemple) ont fait le choix de ne plus être propriétaires de leur murs afin de ne pas immobiliser de capital qui serait mieux utilisé pour le développement des activités. 

Dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur les régions et les formats porteurs, le groupe Casino et plusieurs de ses franchisés ont décidé de se séparer de magasins structurellement déficitaires. Parallèlement, il a été annoncé le 25 juillet un plan de développement de 300 magasins en adéquation avec cette stratégie volontariste qui sera bénéfique pour l’emploi au sein de notre groupe.

S’agissant du siège social du groupe à Saint-Etienne, qui emploie plus de deux mille collaborateurs, il regroupe de nombreuses activités essentielles à la vie du groupe : informatique, comptabilité, audit, services immobiliers, juridique, RH, logistique, achat des produits frais, services généraux, etc… Sous l’autorité de la Présidente de Casino France, Tina Schuler, l’activité des enseignes historiques du groupe se déploie à partir du siège stéphanois. Certaines activités de notre filiale énergétique, Green Yellow, sont situées au siège de Chateaucreux. 

Le bassin stéphanois est le pôle logistique le plus important du groupe. Le nouvel entrepôt de Cdiscount à Andrézieux-Bouthéon est la preuve qu’au-delà de son siège social, le groupe s’implique sur l’ensemble du territoire de la Métropole. 

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *