Le Gouvernement doit accélérer le déploiement de la campagne de vaccination contre le Covid-19 et adopter une démarche positive

En tant que député, je me ferai vacciner dès que la vaccination sera ouverte pour ma tranche d’âge. Et si le faire dès maintenant, peut contribuer à convaincre de son utilité et rassurer, je suis également partant.

Le 27 décembre, la France a débuté, en même temps que la plupart des pays européens, sa campagne de vaccination contre le Covid-19.
Pourtant, contrairement aux autres pays, le Gouvernement donne l’impression de la mettre en œuvre à reculons.

Sur l’ensemble du pays, on compte moins de 200 personnes vaccinées depuis dimanche contre 80 000 en Allemagne ou même 8300 en Italie…

De plus, le gouvernement n’a déployé aucune campagne publicitaire à la télévision ni à la radio ni dans la presse écrite, il ne communique pas sur le nombre de personnes vaccinées, il entretient un certain flou sur sa stratégie, ce qui est préjudiciable pour qu’un grand nombre de nos concitoyens soient convaincus des effets positifs de la vaccination.

A l’inverse, la plupart de nos partenaires européens ont adopté une démarche offensive en faveur de la vaccination : par exemple, l’Italie diffuse un clip télévisé placé sous le signe de la renaissance, le gouvernement allemand diffuse lui aussi une vidéo positive sur la vaccination.

Dès lors, la timidité gouvernementale vis-à-vis de la vaccination interpelle et surtout inquiète.
En effet, la vaccination représente, à ce jour, notre meilleure chance contre ce virus qui bouleverse notre vie quotidienne, sociale et professionnelle depuis près d’un an.

Collectivement, il apparaît important que la vaccination puisse être réussie afin que nous puissions rapidement retourner à une vie normale.

En tant que député, je me ferai vacciner dès que la vaccination sera ouverte pour ma tranche d’âge. Et si le faire dès maintenant, peut contribuer à convaincre de son utilité et rassurer, je suis également partant.

Bien sûr, les élus que nous sommes entendent les questions et les inquiétudes que cette campagne de vaccination peut susciter chez certains de nos concitoyens.

Mais ce qui nous inquiète encore plus, c’est l’absence de réponse claire de la part du Gouvernement et l’absence d’une communication précise, claire, et déployée sur tous nos territoires.

Pour sortir de cette situation anxiogène, avec l’ensemble des membres notre groupe Socialistes et Apparentés à l’Assemblée Nationale nous demandons sans délai au Gouvernement :
1. d’avoir une stratégie vaccinale qui s’adresse aussi aux soignants dès la 1ère phase de vaccination, comme cela se passe par exemple en Allemagne ou en Italie, qui a déjà administré le vaccin à près de 10 000 personnels soignants ;
2. d’accélérer le déploiement de la vaccination et de ne pas laisser le retard s’accumuler dans ce déploiement, ce qui donne l’impression que le Gouvernement met en œuvre cette campagne à reculons ;
3. de déployer une campagne de communication claire et pédagogique sur le vaccin, dans les médias, sur les réseaux sociaux :
4. d’être transparent. Ainsi nous demandons que chaque jour soit publié pour chaque département le nombre de vaccinations réalisées, comme cela se fait déjà en Allemagne par exemple ;
5. de montrer l’exemple en se faisant vacciner ;
6. de publier des informations précises sur les doses de vaccin disponibles, le calendrier de leur réception et les laboratoires qui les fournissent.

Régis Juanico
Députe de la Loire
Conseiller départemental