Le Département de la Loire Passerait-il sous silence la prime Covid ?

Julien Borowczyk, député de la Loire , coordinateur Larem Loire des élections départementales 

Alors que nous affrontons une deuxième vague, alors que le Président de la République Emmanuel Macron annonçait, en août dernier, un accord avec l’association des départements de France promettant de débloquer 80 millions d’euros afin de les aider à verser une prime Covid aux aides à domicile, nous regrettons le refus d’engagement du Département de la Loire aux côtés de cette profession essentielle à la cohésion sociale.

Nous précisons en effet qu’un accord a été trouvé avec 75 départements. Le Conseil du département de la Loire et son président, Georges Ziegler, ont fait le choix de ne pas participer à cet effort au détriment des 47 services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) autorisés. Plus de 89% des départements se sont engagés par écrit à verser la prime Covid.

Le risque sanitaire étant au moins aussi élevé pour les aides à domicile, dont les interactions directes avec des populations fragiles sont quotidiennes, il semblerait équitable de leur faire bénéficier de cette aide

C’est un mauvais signal envoyé par le département pour le travail de coopération État/département engagé par le gouvernement en faveur de la revalorisation des salaires de ces métiers de l’accompagnement.

Ce refus de reconnaissance aux aides à domicile est d’autant plus incompréhensible que l’un des critères principaux de l’attribution des 15 millions d’euros du plan de relance départemental, signé en juin dernier, était la solidarité aux personnes âgées ! Mépriser les aides à domiciles c’est fragiliser nos ainés.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com