Le Couvre-feu : « C’est un aveu de faiblesse » pour le Maire de Saint-Etienne

L’aveu de faiblesse de Gaël Perdriau :

Invité de la matinale de France Inter du 15 octobre, le maire de Saint-Etienne a littéralement démoli le chef de l’Etat en réaction à l’annonce du couvre feu pour la métropole de Saint-Etienne.

En introduction, l’élu « évoque l’inefficacité des mesures prises depuis le mois d’août ». Se qualifiant lui même de « maire combatif », il invite cependant ses concitoyens à respecter les mesures gouvernementales. Et, cette invitation n’empêche pas son auteur de voir dans le couvre feu « un signe de contradiction supplémentaire ».

Il conclut son entretien en signalant que plusieurs communes de la métropole ne disposent pas de polices municipales pour faire respecter les nouveaux arrêtés.

Couvre-feu : « C’est un aveu de faiblesse », juge le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau

« C’est un aveu de faiblesse, ça montre l’inefficacité des mesures prises depuis le mois d’août », estime Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Étienne, l’une des métropoles concernées par le couvre-feu annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron« Samedi dernier, le ministre de la Santé décidait de fermer les bars, quatre jours plus tard, on confine la nuit. (…) Je ne suis pas certain que le président de la République ait mis à profit les six mois qui nous ont séparé de la première vague pour adapter le système hospitalier à cette deuxième vague, qu’il avait pourtant anticipé. Le 14 juillet, il affirmait avoir tiré les leçons de la première vague. (…) Six mois plus tard, le système hospitalier n’est toujours pas adapté », a-t-il regretté jeudi matin, invité du 7/9 de France Inter.

« Je suis un maire combatif », a-t-il toutefois précisé, « pour lutter aux côtés de nos concitoyens, parce qu’on vit une situation inquiétante »« Il convient d’appeler chacun d’entre nous à respecter les gestes barrières et d’appliquer les règles énoncées. (…) Il faut que [cette mesure] soit respectée. C’est à ce stade le seul moyen de ne pas encombrer les hôpitaux. (…) Je fais confiance à mes concitoyens qui ont compris que la situation était grave. Je suis convaincu que les Stéphanois ont cette préoccupation de prendre soin de leur entourage, de leurs parents, grands-parents. »

Jeudi 15 octobre 2020 par Carine Bécard

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *