Partager cet article :

L’attractivité stéphanoise.
Depuis quelque temps, celle-ci est bien mise à mal par la presse nationale, notamment de gauche. Après Libération, c’est Politis, un hebdomadaire nettement à gauche, qui titre sur « Saint-Etienne, le symptôme de la pauvreté ». Le long article évoque pêle-mêle « des immeubles dégradés, des façades aveugles ». . Plus loin, le journaliste insiste « sur l’état de délabrement de la ville ». et parle « d’extrême pauvreté »?

Selon les allocations familiales, 40% des familles vivraient  » de bas revenus ». D’aucuns déplorent cette agressivité médiatique envers Saint-Etienne.

Politisation au lycée Honoré d’Urfé.
La semaine dernière, c’était encore un collectif informel qui revendique le mouvement de grogne du lycée Honoré d’Urfé. Néanmoins, la grève scolaire, pourtant soutenue par tous les syndicats enseignants a peu perturbé la vie des établissements et la manifestation n’a rassemblé que peu de monde Est ce constat qui a amené les lycéens contestataires à se structurer. Pour ce faire, ils ont choisi la CNT Jeunes, une section jeunesse d’un syndicat anarchiste ultra minoritaire.

Dans un communiqué, la nouvelle organisation réclame du matériel informatique pour les lycéens, des tests pour les personnels et les lycéens, un barnum à la cantine, le report du bac. Et la poursuite du mouvement !

Des franchises ligériennes.
Jusqu’à ce jour, il existait trois implantations de supérettes de produits locaux, « le Panier du Pilat » dans trois communes dont Pélussin. Une quatrième surface vient d’ouvrir ses portes à Maclas.

Le nouveau Panier s’étend sur une superficie de 260 mètres carrés et bénéficie d’un parking. Le consommateur trouvera essentiellement des produits locaux mais trouvera aussi un coin « bibliothèque ».

Des animations sont prévues. Dans le Roannais, une franchise identique est en train de se développer sous le nom du Comptoir.