Partager cet article :

Iman de Saint-Chamond : suite du feuilleton.
La controverse née de la destitution de l’imam comorien de la grande mosquée de Saint-Chamond vient de franchir un nouveau pas avec la mise en ligne d’une pétition déjà signée par des milliers d’internautes musulmans sur le site de pétitions www.change.org. Cette contre attaque vient aussi de bénéficier du soutien de la section stéphanoise de la Ligue de droits de l’homme.

La préfète Catherine Séguin, à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux d’un prêche discriminatoire sur les femmes avait convoqué des dirigeants de la mosquée saint-chamonaise et avait reçu l’approbation du maire LR de la ville. Le ministre de l’intérieur avait suspendu cet imam, qui dans sa défense, invoque le prophète.

Politique environnementale à Roche-la-Molière.
Depuis l’accession à la mairie de Eric Berlivet, l’usage de pesticides a été supprimé par les jardiniers municipaux. Une initiative chaudement approuvée par l’apiculteur de la miellerie de la commune qui se félicite de la  bonne santé de ses abeilles. Cela a aussi déclenché la grogne de riverains agacés par les herbes sauvages sur les trottoirs et dans le terrain d’accès au cimetière.

C’est d’ailleurs dans cette zone que la municipalité va implanter un panneau pédagogique d’ explication. D’autres habitants apprécient cette « politique de fauchage raisonné » qui leur permet de récupérer du foin pour nourrir un hamster ou un autre animal domestique.

photo Loire.fr

Des composteurs collectifs dans le Forez.
L’environnement figure en bonne place sur les programmes de la ville de Montbrison et de sa communauté d’agglomération Loire-Forez. Dernier exemple en date dans le village de Moingt, quartier excentré de Montbrison où un deuxième composteur collectif dans d’être installé au centre bourg. Les résidents du quartier ont été initiés à son utilisation par un agent du service de la transition écologique.

D’autres composteurs devraient être installés sur Moingt. Chacun d’entre eux permet une diminution des déchets de 30 à 40% .
L’association des jardins ouvriers participe aussi au bon usage de ces outils collectifs qui contribuent également à la convivialité du voisinage.