la Loire est le deuxième département de la région Auvergne-Rhône-Alpes le plus touché par le virus

Les Brèves de Pat Françon du 24 septembre

Plus de foire : On le sentait

Alors que, hier encore, on s’activait à la construction des stands de la foire de Saint-Etienne, le classement de Saint-Etienne en alerte renforcé a tout chamboulé. La foire 2020 de Saint-Etienne n’aura pas lieu. Demain, vendredi après-midi, devait avoir lieu la double inauguration du tout nouveau palais A et de la foire. Depuis plusieurs jours, on sentait peser une épée de Damoclès.

Le nombre de visiteurs simultanés étaient passés de 5000 à 4000 puis à 1000. On sentait aussi beaucoup de réticences de nos concitoyens à visiter un site avec deux fois moins de stands. Enfin, après la suppression des foires de Lyon, Paris, Marseille, Romans, le maintien du rendez-vous stéphanois surprenait.

Saint-Etienne, zone d’alerte renforcée.
On a à peine eu le temps de lire les mesures de la préfète de la Loire, hier mercredi, que le soir même, le ministre de la santé donnait lui même de nouvelles prescriptions pour le chef-lieu de la Loire. On a appris que la Loire est le deuxième département de la région Auvergne-Rhône-Alpes le plus touché par le virus. Pour la DGS, la direction générale de la santé, la Loire est classée « zone de circulation intense du virus ».

Avec un taux de 128,4 pour 100 000 habitants, la Loire est largement au dessus de la moyenne régionale qui est de 98,4 sur 100 000. Désormais, le Roannais, jusqu’alors épargné, est impacté. Nous notons 15 décès en réanimation et le virus frappe désormais les 20-24 ans.

Une patinoire olympique à Saint-Etienne ?
Parmi les promesses électorales de Gaël Perdriau pour les municipales figurait la construction d’une patinoire olympique financée par la Métropole. Le candidat LR a été élu dans les conditions minimales dont chacun se souvient. Dans quelques jours, le conseil métropolitain devra se prononcer sur l’intérêt métropolitain d’un tel équipement.

En cas d’approbation, deux agents de la ville seront partiellement détachés sur le projet qui bénéficiera essentiellement à la ville centre. On sait déjà que Gérard Tardy, maire de Lorette, votera contre ce projet coûteux en période de marasme économique. De son côté, Eric Berlivet, ancien vice-président évincé, vient d’envoyer une lettre à tous les élus métropolitains pour donner les raisons de son abstention.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *