Partager cet article :

Régionales. Toutes les nuances de vert dans la Loire.
Donnée pour l’instant en tête des sondages des différents partis de gauche, la liste verte aux régionales pour la Loire vient d’être dévoilée à Saint-Etienne par leur cheffe de file, Fabienne Grébert sous l’intitulé « les écologistes d’Auvergne-Rhône-Alpes ». Au cœur de leur programme, les écologistes mettent en avant un plan de 3,6 milliards d’euros dédié à la transition écologique. Celle-ci reposera aussi sur une nouvelle structure sous la forme d’une banque régionale du climat.

Ces deux outils visent la création de 100 000 emplois. Cet axe central sera complété par un plan vélo régional et un soutien à l’économie circulaire. Un plan global « pour l’émancipation de la jeunesse » figure aussi en bonne place dans le programme. Sans surprise, c’est le conseiller municipal et métropolitain EELV, Olivier Longeon, professionnel de la formation des élus, qui conduira la liste ligérienne. Il sera secondé par Catherine Bony, également membre d’EELV. Puis vient Jean Duverger, également conseiller municipal et communautaire à Saint-Etienne, membre de Génération écologie.

En quatrième place, on trouve Magalie Viallon, chercheuse universitaire, ex Marcheuse qui avait échoué aux législatives de 2017 face à Régis Juanico. François Boyer figure, avec plusieurs de ses amis de Génération S, le parti de Benoît Hamon, parmi les 22 colistiers.

Du rouge vif à la région.
Absent des élections départementales dans la Loire, le groupuscule trotskiste Lutte ouvrière, au fonctionnement très opaque, sera bien présent aux élections régionales des 20 et 27 juin prochains. Une fois encore, le parti de Nathalie Arthaud, porte-parole nationale, représentera la gauche de la gauche dans un scrutin à la proportionnelle qui devrait  convenir aux militants mais dans lequel ils ne sont que rarement remboursés de leurs frais de campagne.

Ainsi dans le dernier sondage consacré aux régionales en AURA, dans lequel Laurent Wauquiez est crédité de 31% des suffrages, « le parti des travailleurs » stagne à 2%. Cette année, c’est une enseignante, Chantal Gomez, qui sera cheffe de file régionale d’une campagne rendue encore plus invisible et brève par la crise sanitaire. La tête de liste ligérienne sera vraisemblablement l’enseignant stéphanois, Romain Brossard. On ignore encore si le « bonnet rouge saint-chamonais, André Moulin, vieux routier de la politique, sera présent.

Bisbille chez les insoumis.
Dans le canton de Saint-Chamond, Hervé Reynaud et son adjointe Stéphanie Calaciura, devront compter, à gauche,  avec un binôme vert et un autre composé d’un divers gauche et d’une France soumise en la personne de Carmen Montet. Le hic est que l’investiture de cette dernière vient d’être contestée par le GA, le groupe d’action du Gier du parti mélenchoniste. La candidature de l’enseignante saint-chamonaise aurait été validée par un ancien gilet jaune, membre instances départementales des Insoumis mais démissionnaires.

Un chicaya qui pourrait profiter aux Verts alors que Jean-Luc Mélenchon, dans un entretien récent en presse écrite, vient de se montrer extrêmement violent envers les Verts et les socialistes. La gauche ligérienne n’échappe pas à la fragmentation même abritée derrière les listes communes de « la Loire en commune ».