La designeuse stéphanoise Jeanne Goutelle aménage les salons du Conseil de l’Union Européenne

Les créations textiles éco-conçues de la designeuse stéphanoise Jeanne Goutelle ornent les bureaux présidentiels du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles

 

Dans le cadre du projet d’aménagement des salons du Conseil de l’Union Européenne pour la Présidence française,

Jeanne Goutelle Atelier a été sélectionné pour concevoir un ensemble de créations textiles en écho au concept global de l’Etoffe de l’Europe conçu par les ateliers Adeline Rispal.

 

Jeanne Goutelle a ainsi tissé avec son équipe, dans son atelier à Saint-Etienne, 5 paravents composés de 18 panneaux, à travers un tissage architectural de sangles et de rubans issus des rebuts de l’industrie textile stéphanoise.

Ces alcôves tissées, baptisées INTERSECTION(S), viennent dialoguer avec les éléments du Mobilier National.

Paravents tissés : les liens européens

Les tissages de sangles et les entrecroisements de rubans qui habillent les paravents symbolisent les liens entre les différents pays de l’Union Européenne.

Ces paravents sont fabriqués à partir d’une structure autoportante en acier, laquelle est remplie d’un grillage soudé.

Les sangles et rubans tressés à travers la grille représentent les relations humaines, les flux réels et virtuels, les déplacements de personnes ou de marchandises.

Couleurs et matières : toutes le nuances de la France

La gamme de couleurs retenue pour cette réalisation s’inspire des couleurs du drapeau français et s’articule autour d’une grande variété de nuances de bleus, de blancs et de rouges.

Toutes les matières collectées, soigneusement sélectionnées, sont composées de coton et de polyester qui permettent des jeux de contraste de brillance et de matité.

Conçues comme des décors muraux, ces œuvres textiles améliorent l’acoustique des espaces dans lesquels

elles prennent place et permettent de créer une atmosphère intimiste et chaleureuse.

Intersection(s) c’est aussi un projet local et responsable :

Tous les paravents sont réalisés à partir de chutes de production de l’industrie textile stéphanoise.

Les sangles et rubans ont été collectés dans l’entreprise SATAB à Saint-Just-Malmont, à une vingtaine de kilomètres de l’atelier de Jeanne Goutelle.

Les structures et grillages ont été fabriqués à Sorbiers, tout à côté de Saint-Etienne.

L’ignifugation est stéphanoise et même les transports se sont fait à vélo jusqu’à l’entreprise par Les Coursiers Stéphanois.

Une réalisation sans transport superflu ni création de matière. A l’issue de la gouvernance française, les paravents pourront être conservés et réemployés, la discussion est encore ouverte sur le lieu de destination.

Ces aspects reflètent véritablement l’engagement de Jeanne Goutelle vers des créations toujours plus durables.