La colère du sénateur Fournier

Quand immobilier et design se conjuguent.
Un salon mariant les deux thèmes avait raté son lancement lors de la récente biennale du design. Ce ne fut que partie remise car le groupe GL Events, qui gère les équipements de congrès et salons de Saint-Etienne, propose un nouveau rendez-vous du 3 au 6 mars au parc des expositions de Saint-Etienne. Le salon présentera plusieurs thématiques comme la décoration, le bricolage, l’aménagement intérieur et extérieur et le design.

Une exposition de la galerie Ceysson complètera l’ensemble qui comprendra des conférences thématiques et des ateliers participatifs. En parallèle se tiendra le salon de l’immobilier du magazine 42 Immo avec une cinquantaine d’exposants.
Autre bonne nouvelle : l’entrée à ces deux salons sera gratuite.

⇒ La colère du sénateur Fournier.
Très discret, le sénateur LR Bernard Fournier, qui était passé de justesse lors des dernières sénatoriales, était en voyage en Serbie lorsque les LR ont, lors d’une conférence de presse tenue au Coteau, présenté la liste conduite par le maire de Saint-Chamond, Hervé Reynaud. Cette liste est soutenue par les trois députés LR ligériens, par plusieurs conseillers régionaux, par plusieurs présidents d’intercommunalités et par le président du département et le sénateur Bernard Bonne.

Le sénateur Fournier ne s’est pas distingué par un important travail législatif et il apparaît aujourd’hui très isolé dans sa famille politique. Il va réfléchir et donner sa réponse en fin d’année.

Le coup de sang de Régis Juanico contre l’ASSE.
Passionné de sport, l’ancien parlementaire est aussi un pratiquant de plusieurs disciplines athlétiques. L’élu départemental fut aussi capitaine de l’équipe de foot de l’assemblée nationale . Sa parole compte dans le monde sportif. Régis Juanico vient d’être interviewé par nos confrères de BUT. L’intitulé de l’article est explicite ; l’encéphalogramme plat de l’ASSE. Supporter fidèle des verts, il comprend l’agacement des supporters de toute la France et il note, depuis quelque temps, une certaine désaffection.

Il constate que cette colère va jusqu’ à prôner le boycott des produits dérivés du club. Son analyse de la situation l’amène à juger sévèrement l’exécutif du club, estimant qu’il est temps que les dirigeants passent la main sans brader pour autant le club stéphanois. Cet appel au changement intervient alors que les ultras viennent de rouvrir Saint-Etienne de banderoles explicites demandant un vrai changement.