La Cité Internationale du Design de Saint-Etienne au cœur du programme Design actif du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024

Le président du COJO, Tony Estanguet, était mercredi 26 janvier 2022 à l’Assemblée nationale devant les députés pour faire un point d’étape sur l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

À cette occasion, il a présenté la démarche de design actif qui consiste à aménager l’espace public et les bâtiments afin d’inciter l’activité physique ou sportive, de manière libre et spontanée, pour toutes et tous.

Un guide opérationnel du design actif a été élaboré à destination des 222 villes du réseau Action Cœur de Ville et des collectivités territoriales labellisées « Terre de Jeux 2024 » en lien avec l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT), la Cité Internationale du Design de Saint-Etienne et 14 experts (cardiologue, designers, géographes, représentants du mouvement sportif, spécialiste de l’accessibilité, urbanistes) dont Isabelle VÉRILHAC, directrice de l’International et de l’Innovation à la Cité du Design.

Dès 2022, 100 collectivités labellisées feront l’objet d’un suivi spécifique, dans la définition et le déploiement de leur projet par la Cité du Design de Saint-Etienne, partenaire du programme Action Cœur de Ville.

De plus, une journée internationale du design actif est programmée le 1er juin 2022 à l’occasion de la 12e Biennale Internationale du Design à Saint-Étienne.

La Cité du design de Saint-Étienne sous la direction de Thierry MANDON, a mobilisé son réseau « Villes UNESCO – Villes Créatives du design » pour recueillir des exemples de projets de design actif : Graz (Autriche), Montréal (Canada), Settimo Torinese (Italie).

Qu’est-ce que le design actif ?

Déjà très connu dans les pays d’Amérique du Nord, d’Asie et d’Europe du Nord, le design actif permet d’associer les questions d’urbanisme, de santé et de développement de la pratique sportive dans nos espaces de vie : marquage au sol, signalétique, fresque murale, agrès, marches urbaines, animations ludiques, cheminements piétons, pistes cyclables, parcours sportifs, trames actives, espace verts, skate-parks, aires de jeux, espaces de fitness.

Au-delà de la lutte contre la sédentarité, le design actif permet de se réapproprier l’espace public, de rendre les villes plus inclusives, de mettre en valeur le patrimoine existant et de favoriser l’accessibilité et la mixité d’usages.

Par le biais de différents outils et techniques de conception (utilisation de couleurs, de formes, de lumière, transformation du mobilier, etc.), le design actif tend à rapprocher de l’activité physique et sportive, celles et ceux qui en sont le plus éloignés par la modification des comportements quotidiens.

Par exemple :
– en créant des villes à hauteur d’enfants : concept qui vise à rendre la ville plus hospitalière pour les enfants : activités et animations dans les rues des écoles, ouverture des écoles en dehors de temps scolaires.
– en développant la Ville du quart d’heure : concept visant à mettre les fonctions essentielles du quotidien dans un rayon de 15 min à pied : opportunités de pratiquer une activité physique à proximité de son domicile dans l’espace public, renforcer la continuité urbaine en créant des parcours propices au vélo et à la marche à pied.
– par la végétalisation des villes et la création d’environnements favorables à la pratique physique et sportive : espace ombragés, ventilés, meilleure qualité de l’air.

Régis JUANICO
Député de la Loire
Co-président du groupe de travail sur les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris
2024 à l’Assemblée nationale