Partager cet article :

Aussi utiles qu’empreint de nostalgie des années passées, les fontaines ou l’on devait tourner la manivelle pour avoir un peu d’eau on disparu peu à peu de Saint-Etienne au fil du temps, il en reste aujourd’hui que quelques unes.

C’est le 20 MARS 1901 que BAYARD dépose un brevet pour un robinet perfectionné : son premier brevet pour l’eau.

Les bornes fontaines sont apparues dans les villes dès le début du XIXe ce sont des appareils de fontainerie fabriqués par l’entreprise Bayard, très répandues à Lyon, on en trouve encore à Grenoble, Paris ou en cherchant bien à Saint-Etienne.

L’entreprise Bayard conçoit en 1910 un modèle de borne fontaine techniquement très supérieur au dispositif existant et avantageusement « relooké » (le coffre carré devient cylindrique, une peinture « vert wagon » remplace le « gris artillerie ». Cette invention brevetée a pourtant bien du mal à s’imposer.

→ pour info : L’eau potable de la ville de Saint-Étienne provient du barrage de Lavalette, alimenté par le Lignon du Velay, dont la capacité atteint  41 millions de m³, et par le barrage du Pas-de-Riot / Gouffre d’Enfer, alimenté par le Furan, dont la capacité atteint 1 million de m³. L’eau brute en provenance des barrages arrive jusqu’à la station de traitement d’eau potable de Solaure par deux conduites forcées de 10 et 33 kilomètres

« Je n’oublie pas la borne-fontaine où s’alimentaient en eau potable quelques riverains, la préférant à celle de leur puits et où les pompiers remplissaient le réservoir des pompes à incendie.

Pour nous, elle était source d’amusements. Avec une main placée sous le robinet, nous dirigions et projetions le jet le plus loin possible en éventail pour essayer d’arroser un camarade qui passait et repassait en criant :
« Tu m’auras pas ! Tu m’auras pas ! »


Mais il arrivait que le téméraire fût trempé » « comme une soupe ». L’arroseur criait :
« J’ai gagné ! tu me dois un roudoudou. « 

Édouard Bled