Jacques Vacher un stéphanois poète et contestataire

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence, depuis quelques semaines il existe une version en livre.

Jacques Vacher : ébéniste et poète.

Au XIXe siècle, à Saint-Étienne, les ouvriers, plus au sens d’artisans que de prolétaires travaillant en usine, fréquentent les goguettes, sociétés chantantes et à boire, tenant à la fois le rôle de maisons populaires de la culture et de foyers de diffusion du républicanisme social et de l’anticléricalisme. Dans ces goguettes (voir http://www.gillescharles.fr/les-chansonniers-stephanois-frivoles-et-revolutionnaires/), seuls les amateurs ont le droit de chanter leurs chansons ou de réciter leurs poèmes à condition qu’ils sachent, sur des airs connus, improviser devant le public.

Cette particularité stéphanoise a donné naissance à une riche école de poètes ouvriers, dont Joseph Vacher est une des belles figures dans la deuxième moitié du siècle. Ces poètes ouvriers, par les discours qu’ils tiennent, sont souvent des contestataires de l’ordre établi, ce qui est le cas de Joseph Vacher, emprisonné en 1869, sous le régime autoritaire du Second Empire. Il eut une heure de gloire, bien éphémère, lorsque fut enfin publiée, à la veille de sa mort, une infime partie de son immense œuvre manuscrite : 624 poésies et chansons.

C’était un hommage bien tardif et mesuré à l’un des bons poètes patoisants qu’a connus la région stéphanoise au XIXe siècle. Ce menuisier-ébéniste a en effet distrait toute une population, celle de l’agglomération industrielle de Terrenoire, formée autour d’une des plus grandes usines métallurgiques de la région, avec ses chansons plus ou moins gauloises.

Elles nous racontent la vie quotidienne des humbles sous le Second Empire, les mineurs, les forgerons, les tisseurs, les « gandoues », etc. Cette vie était particulièrement rude dans une bourgade industrielle soumise à l’emprise d’un de ces patrons de choc qu’honorait l’Empire : Euverte, à la fois directeur des forges et maire de Terrenoire, inaugura en effet une sorte de taylorisme avant la lettre. Vacher a chanté le rude labeur du puddleur appelé ainsi douze heures par jour à retourner, à l’aide du « ringard »,la boule d’acier en fusion pour le décarburer, douze heures devant la gueule ardente du four : il fallait à l’ouvrier toute une dame-jeanne* de vin pour étancher sa soif.

Républicain pendant le Second Empire il fonde en 1869, avec Remy Doutre, le « Caveau stéphanois », une goguette où se faisaient entendre des refrains anti bonapartistes et anticléricaux et dont « L’Éloge », écrite par Vacher, affirme que l’on y refuse les « disciples d’Escobar » et la « froide étiquette » pour honorer « la cause démocratique »

Son œuvre compte 624 chansons et poésies dont 40 en dialecte régional. Il se spécialise dans les chansons de métier (Le Rubanier, Le Tailleur de limes…) et dans les refrains sociaux aux accents très engagés (Jacques Bonhomme, Sous les verrous, Les Jacques). Ses premiers vers républicains sont en français, comme la plupart de ses compositions politiques, et datent de 1858. Il faut attendre 1863, après l’élection à Saint-Étienne du républicain Dorain, pour le voir utiliser le dialecte local, dans ce type de refrains.

Ses deux plus célèbres chansons en langue régionale datent de la fin du Second Empire : la « Marianna » écrite le 15 août 1869, de la prison de Bellevue où il est incarcéré pour avoir signé le « Manifeste du Non » adressé par le comité anti-plébiscitaire de Saint-Étienne et La « Marseillaisa doeu Panassa » du 4 septembre 1870. Il s’engage dans les corps-francs et participe, sous le commandement de Garibaldi, à la 4e brigade. Il écrit alors « Les Garibaldiens », « Notre Patrie », « Respect à la France » et « Les Volontaires » de 1870. Il reste cependant étranger à la Commune de Saint-Étienne, ce qui ne l’empêche pas d’être inquiété, mais acquitté en 1872. Il manifeste cependant de la pitié et de la sympathie pour les victimes de la répression.

Il s’installe ensuite aux Charpennes dans la banlieue industrielle de Lyon, sans avoir rompu tous liens avec ses amis stéphanois. On le vit même participer à la refondation du « Caveau stéphanois » par son ami Gonon, chansonnier comme lui et historien de la chanson stéphanoise.  Il n’en eut que plus d’amertume d’en être exclu, comme les autres chansonniers ouvriers, à la suite de l’embourgeoisement de cette société autour de 1890.

Cela acheva d’aigrir le vieux lutteur, déjà déçu par les progrès de l’opportunisme au sein d’une République qui n’était plus celle dont il avait rêvé sous l’Empire. La publication bien tardive de ses œuvres n’eut pas le temps de le consoler, d’autant plus qu’elle fut gâchée par les corrections intempestives que lui apporta son collègue et adversaire Duplay, surnommé « le Père Baronte », ce dernier, poète patoisant lui aussi, prétendait en effet imposer les règles orthographiques et grammaticales assez arbitraires qu’il avait codifiées dans son Dictionnaire, « la Clé du Parler gaga ». Il avait la réputation d’aimer particulièrement la dive bouteille et ses chansons assimilent les « buveurs d’eau » aux « jésuites ».

 

La Marseillaisa doeu Panassa

Alloun z-enfan, a cop de canna 
Mandoun Leboeuf avouai Failly,
Acc1amoun la granda Marianna
Que sest vin par nous deveilli. (bis)
Dz’ina moeu é tzin la balanci,
De l’oeutre ena piqua doura.
Chacun a fini de ploura,
Elle adzu a tous l’esperanci.

Couma de vrai soudâ, affrountoun lou trépas,
Moudoun,
Moudoun,
Requieuloun pas, on avant lou Gagas

 

La Marseillaise du Panassa

 

Allons enfants, à  coups de canne, 
Envoyons Leboeuf avec Failly,
Acclamons la grande Marianne
Qui vient ici nous réveiller. (bis)
D’une main elle tient la balance,
De l’autre une pique dorée.
Chacun a fini de pleurer,
Elle apporte à  tous l’espérance.

Comme de vrais soldats, affrontons le trépas,
Partons,
Partons,
Ne reculons pas, en avant les ‘Gagas’ !

 

* Bonbonne à la contenance incertaine.

Né à Saint-Etienne le 24 décembre 1842, ébéniste à Terrenoire (Loire) durant une grande partie de vie, il est l’auteur de plus de huit cents chansons et poèmes en français ou en dialecte ségusiave.

Pour en savoir plus :

LORCIN (Jean), MARTIN (Jean-Baptiste), VURPAS (Anne-Marie), Le rêve républicain d’un poète ouvrier. Chansons et poésies en dialecte stéphanois de Jacques Vacher (1842-1898), Saint-Julien-Molin-Molette, Jean-Pierre Huguet, 1999.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *