Grigori Penteleïtchouk témoignage sur la situation Ukrainienne

Stéphanois depuis 1991, Grigori Penteleïtchouk a pris la nationalité française pour se fixer dans le Forez, mais ce voyageur est souvent invité à l’international. Son métier : chef d’orchestre, qu’il exerce quelquefois aussi à Saint-Etienne.

Né en Ukraine en 1960, Grigori Penteleïtchouk fait de brillantes études musicales à Kiev, couronnées par le premier prix du concours national d’Ukraine puis d’Union soviétique en 1986 et 1987. Premier soliste de l’Orchestre symphonique de Moscou, il abandonnera son instrument, le basson, pour s’orienter vers la direction d’orchestre. A la tête de plusieurs formations en Hongrie, Grigori Penteleïtchouk devient le chef principal de l’Orchestre symphonique d’Ukraine Leopolis, avec lequel il enchaîne les festivals en Europe, dont le festival Massenet de Saint-Etienne, ville où il s’installe en 1991, tout en poursuivant son parcours européen.

A la direction de la Philarmonie de chambre de Saint-Pétersbourg en 2001, il prendra la direction de l’Orchestre philharmonique de Prague en 2004, qu’il quitte en 2007, pour recouvrer sa liberté vagabonde. Dès lors il est chef invité en Syrie, Ukraine, Allemagne, Autriche. En France, Grigori Penteleïtchouk a créé en 2006 un festival dans un village de Provence : Les nuits musicales Sainte-Victoire.

Il a assumé la direction musicale d’une tournée dans les Zénith de France avec Carmina Burana, toujours à la tête de l’Orchestre national d’Ukraine. Avec chaque fois pour lui, la volonté de faire découvrir le lyrique à un public large, « d’ouvrir les portes de l’opéra à tout le monde », dit-il.

« Je n’ai jamais pensé qu’il va oser ce  Poutine ! La surprise totale pour mes amis et ma famille !!! Mais quand le choc est passé – la résistance s’organise !!!

Militairement, logistique, mentalement !!! Calme froid et la colère !!!

En ce qui concerne la réaction française et européenne , bien sûr ce n’est pas suffisant ! Petite l’Ukraine reste Seule contre le monstre moscovite. Depuis 2014 le monde observe la guerre de Russie contre l’Ukraine, maintenant le réveil est rude. Je peux dire beaucoup de choses mais je suis pas sûr que c’est utile ,parce que l’on ne voit seulement ce que l’on veut voir, on attend seulement ce que on veut entendre et on dit seulement ce qui est politiquement correct ! le Business avant tout ».

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com