Grèves : l’U2P alerte sur les risques encourus par l’économie

Créée par les trois grandes confédérations de l’artisanat et du commerce de proximité et rejointe en novembre 2016 par l’organisation représentative des professions libérales, l’U2P constitue aujourd’hui l’organisation représentative des entreprises de proximité en France, et à ce titre, est l’une des trois organisations patronales interprofessionnelles. Aujourd’hui elle communique sur la grève en cours….

Un an après le mouvement des gilets jaunes qui a mis à mal bon nombre d’entreprises de proximité (en mars 2019, 11.000 commerçants avaient dû être accompagnés par le gouvernement), une nouvelle action de déstabilisation d’ampleur aurait des conséquences désastreuses.  A fortiori durant cette période de fin d’année au cours de laquelle les secteurs de l’hôtellerie-restauration, de l’artisanat et du commerce de proximité (alimentation, fleuristes…) ainsi que des services à la personne (coiffure, esthétique…), réalisent jusqu’à 30 % de leur chiffre d’affaires annuel.

Fragilisées par un semestre de dégradations, de désertions des centres-villes, et au total de pertes d’activité, les entreprises concernées commencent à peine à retrouver le chemin de la croissance.

Leurs trésoreries demeurent très faibles et une rechute de l’activité en fin d’année serait fatale pour une partie d’entre elles. Par ricochets, un nouveau blocage de l’économie aurait des effets négatifs sur l’emploi et enclencherait une logique triplement perdante, pour les entreprises, pour les salariés et plus largement pour la France.

Dans ce contexte, l’U2P invite les pouvoirs publics à prendre les dispositions qui s’imposent pour garantir la libre expression des revendications tout en permettant à chacun d’exercer son travail sans entraves.

L’U2P agit depuis deux ans auprès du gouvernement afin d’améliorer la réforme des retraites des artisans, commerçants et professionnels libéraux et des travailleurs indépendants.

Elle a obtenu la garantie que les prélèvements n’augmenteraient pas et que le niveau des pensions des artisans et des commerçants ne serait pas remis en cause.

Elle a aussi été entendue concernant les petites retraites de ceux qui ont travaillé toute leur vie avec un minimum garanti de 1 000 euros par mois.

Pour les professions libérales, l’U2P a obtenu que chaque profession soit consultée par le gouvernement pour exprimer leurs demandes spécifiques.

Nous saurons bientôt si l’essentiel de leurs requêtes ont été prises en compte.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *