Partager cet article :

Le ni ni de Gaël Perdriau.
Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, par ailleurs vice-président du parti LR poursuit ses critiques acerbes contre son parti. Ce vendredi 3 décembre, l’élu local, invité de France Info, a multiplié les critiques contre les deux finalistes du parti. Cette attitude négative agace de plus en plus à Paris comme à Lyon et Saint-Etienne, dirigeants et militants du parti. La direction du parti hésite à exclure un élu qui saura vite se présenter en martyr sur les plateaux.

Dans le même temps, le vice-président LR continue ses attaques contre le « libéralisme d’Emmanuel Macron ». Et l’hypothèse d’un ralliement à Horizons, le parti d’Edouard Philippe, apparaît de plus en plus inimaginable . On voit mal quelle formation politique pourrait l’accueillir. A moins qu’il donne un impulsion à son propre et discret micro-parti, la Manufacture d’idées.. La saison deux de la série n’est pas prête de s’arrêter !

Des friches urbaines en cours de résorption.
A Saint-Etienne, à deux pas du boulevard Jules Janin, des usines désaffectées et à demi-incendiées attendent d’être déconstruites.
L’Etat vient d’accorder une aide de 2,35 millions d’euros à la ville pour entreprendre la destruction de cette verrue. Une subvention dont se félicite le député marcheur Jean-Michel Mis. La friche industrielle occupe une superficie de 21000 mètres 2. La dépollution et la déconstruction vont être confiées à l’EPASE, l’établissement d’aménagement public de Saint-Étienne et à la ville.

L’Etat verse aussi 425 000 euros pour éliminer le friche Beaunier dans le quartier du Soleil. A Rive-de-Gier, la friche de l’ancienne verrerie Duralex occupe un espace de 6,5 hectares. EPORA va dépolluer le sol.
L’emplacement devrait abriter un parc urbain, quelques commerces et des logements. Pour prévenir les inondations, la rivière Gier sera élargie.

Et si la Banque de France perdait son siège stéphanois.
La Banque de France de Saint-Etienne occupe un bel hôtel particulier dans la rue d’Arcole en plein centre ville. D’ici 2030, selon le syndicat autonome de l’institution, de nouveaux emplois et un service devraient disparaître dans la Loire. La semaine prochaine , le comité social et économique national de la Banque de France doit évoquer plusieurs projets de relocalisation.

A Roanne, les locaux de la BDF ont déjà été vendus. Au cours des deux dernières décennies, l’institution a perdu une centaine d’emplois. En 2002, la Banque employait 100 agents ligériens. En 2022, ils seront vingt. A cette cadence, le beau siège de la rue d’Arcole sera vite une pépite pour les agences immobilières.