Gaël Perdriau : Le sentiment d’impunité du Maire de Saint-Étienne m’inspire le plus grand dégoût

Le sentiment d’impunité du Maire de Saint-Étienne et de ses proches collaborateurs dans le cadre du chantage politique sans précédent dont ils sont accusés m’inspire le plus grand dégoût. Je renouvelle tout mon soutien à Gilles Artigues. L’exécutif local s’enfonce dans le déni malgré les preuves qui s’amoncellent.

L’indignation naturelle que nous inspire la situation doit nous conduire à faire les constats démocratiques qui s’imposent. Dans l’opacité la plus totale, des subventions locales auraient été allouées à des associations fantoches. Ces fonds, au lieu de soutenir le tissu associatif stéphanois, ont permis de rémunérer les acteurs de ce complot politique sur fond homophobe.

Dans ce contexte, et compte tenu du sentiment d’impunité du maire et de son cabinet que révèle Médiapart dans les enregistrements publiés cette semaine, je suis très inquiète pour ma ville. Il serait dramatique d’apprendre que loin d’être un fait isolé, ce type de tripatouillage des crédits budgétaires soit en réalité monnaie courante. Dès le début de mon mandat, on m’a interpellée sur la situation catastrophique de plusieurs services publics relevant directement ou indirectement de la ville ou de la métropole (transports en commun, gestion des déchets, services sociaux, …). Saint Étienne est une ville riche, mais ses services publics locaux sont sous-financés et à bout de souffle. Il est légitime que les citoyens de Saint-Étienne s’interrogent sur le bon emploi de leurs deniers publics.

Pour lever ces craintes fondées, et en vertu de l’article L. 211-3 du code des juridictions financières, j’appelle la Préfète de la Loire à saisir la Chambre régionale des comptes territoriale afin qu’elle lance une enquête approfondie et scrupuleuse des exercices budgétaires passés de la Ville et de la Métropole. Il y a eu un emploi manifestement irrégulier des crédits et les stéphanois ont le droit de savoir quelle en est l’ampleur. La justice budgétaire doit pouvoir vérifier sur pièces et sur place la régularité des recettes et des dépenses décrites dans les comptabilités.

Andrée Taurinya
Députée France Insoumise – NUPES de la Loire

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com