Gaël Perdriau clame son innocence

Sextape stéphanoise.
Gaël Perdriau clame son innocence.
Jeudi dernier, malgré « son recul », le président de Saint-Etienne Métropole s’est invité au bureau des maires. Interrogé par certains élus, l’élu s’est déclaré totalement innocent et certain que cette innocence sera prochainement confirmée. Il a même laissé entendre que d’autres scandales pourraient être connus dans les prochains mois.

Mon parti, Saint-Etienne en première ligne.
Si le micro-parti, la Manufacture d’idées , se cloître dans un silence assourdissant sans oublier d’encaisser mensuellement d’importantes cotisations, il n’en est pas de même de l’association « Mon parti, Saint-Etienne », garde rapprochée du maire et qui rassemble les derniers inconditionnels du maire.

La page Facebook de cette association est pleine de louanges envers le maire et critiques primaires contre ses opposants. L’ancien président de cette structure de soutien au maire, le commissaire aux comptes, Didier Degraeuwe, démissionnaire, se montre très lucide sur son compte Twitter. Pour lui, « tant que la justice ne sera pas passée, rien ne sera comme avant ».

Des questions toujours sans réponse.
Les groupes socialiste et communiste de la ville de Saint-Etienne ont posé une question orale sur la subvention de 20 000 euros à l’association France-Lettonie lors du conseil municipal du 26 septembre.

Ils ont rappelé que le nom de cette association n’apparaît dans aucune délibération. La procédure suivie par les associations n’a pas été suivie pour ce cas particulier . Ces conseillers d’opposition ont souligné « les zones d’ombre de cette association ». Ils demandent régulièrement de la transparence dans la gestion des affaires publiques. Un vœu pieux jusqu’à maintenant !

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com