Partager cet article :

Après le témoignage de l’artiste Ligérienne Sophie Jaconelli du coté du Gier, nous nous tournons aujourd’hui du coté de Roanne pour prendre la température du monde du spectacle, quand les projecteurs sont éteints et les applaudissements muets…

Chanteur, artiste complet, co-fondateur de l’Elégance Cabaret, Frederick Arno nous répond sur la situation actuelle. (itw du 20 novembre 2020). www.frederickarno.com

Bonjour Frederick, pouvez vous nous raconter votre histoire et votre parcours d’artiste Ligérien ?

Une enfance bercée par la musique. Une adolescence à suivre les parents sur les routes de France. Et tout naturellement, une profession passion dirigée sur les métiers du spectacle. Natif de Roanne et toujours établi dans cette région. Une carrière de booker (tourneur) durant une dizaine d’année et l’envie de monter sur les planches de manière complète. Ce fut encore 10 années de tournée dans toute la France et Europe dans des shows de Cabaret. Viennent ensuite le désir de défendre son propre répertoire avec 1 premier album très autobiographique en 2013, un second en 2015 et un troisième en 2019. Entre temps, je co-fonde en 2015, ce qui deviendra l’un des plus grands cabarets français à Renaison (proche de Roanne) l’Elégance Cabaret.

Comment avez vous vécu le premier confinement et quelle est la différence avec ce deuxième ?

Le premier confinement fut soudain, comme un coup de massue pour l’Elégance Cabaret. Une courte période un peu sonné, et ensuite l’envie de rouvrir et transformant lieu et spectacle avec toutes les mesures pour rouvrir au plus tôt. Evidement pour un établissement comme le notre, c’est une très grosse logistique pour nos artistes, techniciens et nos 6000 réservations à déplacer. De mon point de vue d’artiste, ce premier confinement m’a permis d’écrire et de composer beaucoup de chansons dont un certain nombre seront sélectionner pour un futur album. Le second confinement fut prévisible et plus accompagné.

Votre cabaret à Renaison Elegance doit aussi vivre des heures très difficile comment envisagez vous l’avenir et quelles solutions envisagez vous pour le futur ?

Ce grand music-hall a déjà mis tout en œuvre d’un point de vue de la gestion pour faire face avec ce second arrêt d’activité. Nous espérons vivement un réouverture fin janvier 2021 et surtout que le public sera au rendez-vous. Nous imaginons plein de possibilité à offrir à notre public et surtout leur apporter le rêve dont il a tant besoin.

Avez vous l’impression que l’on vous empêche de travailler ?

J’ai l’impression que nous avons été mis dans le panier des établissements à risque de propagation du virus alors que nos gros investissements de désinfection (idem des hôpitaux), nos mesures de sécurité extrèmes et de distanciation a rendu notre établissements plus sûr.

Le temps du confinement est propice au doute dans de nombreuses professions, quand on est chanteur, est ce que l’on continue de chanter…dans la salle de bains  ?

Lorsqu’on est chanteur, on ne s’arrête surtout pas de chanter car les cordes vocales sont comme un instrument de musique. Il faut toujours répéter et entretenir. La salle de bains dispose la plupart du temps un caisse de résonnance assez important qui donne de belles sensations pour répéter. Mais je vois que Monsieur est connaisseur..

Quel est concrètement le geste à avoir pour vous aider au delà des mots et des bonnes intentions ?

Encouragez-nous, suivez-nous sur les réseaux (facebook pour ne citer que lui), offrez des bons cadeaux de repas-spectacle au cabaret pour Noël (valables 1an). Je vous invite à nous mettre des mots bienveillants sur Google, Tripadvisor … et commencez à organiser l’après ! un après de fête et de joie !

Comment voyez vous l’avenir de votre profession et plus particulièrement la votre, car on a l’impression que la culture et le divertissement ne sont pas des produits essentiels..  ?

Et pourtant, nous sommes si essentiel au contraire pour le bonheur des gens. La culture, le divertissement sont même plus qu’essentiel, ils font partie des petits plaisirs de chaque jour. Les témoignage de public en sont la preuve « vous m’avez donné la pèche dans cette période si morose » « j’ai oublié tous les soucis du quotidien » … Et rien que pour cela, ça vaut vraiment le coup. C’est pour cette raison que je crois en l’avenir de cette profession du spectacle.

On parle beaucoup de se re-inventer avez vous déjà des idées pour la suite de votre profession ?

Nous parlons beaucoup en ce moment de spectacles, concerts en live « Streaming ». Bien entendu, nous y pensons nous aussi. Les petits « live » que nous avons déjà fait témoignent d’un vrai désir du public. C’est un lien, une passerelle pour garder le contact mais rien ne vaut le spectacle en réel bien entendu, la chaleur d’une salle, les rires du public, les applaudissements, le ressenti de l’artiste tout près, que l’on touchait parfois et tant de sensations lors d’une représentation qu’elle soit devant 150 ou 10000 personnes.