Des questions concernant le plan de sobriété de la ville de Saint-Etienne

Question orale déposée par le groupe Le temps de l’écologie : Germain Collombet, Danielle Teil, Jean Duverger, Julie Tokhi et Olivier Longeon concernant le plan de sobriété de la ville de Saint-Etienne.

Le 14 novembre dernier, le Plan de sobriété énergétique municipal a été présenté à l’occasion d’une conférence de presse. Les conseillers municipaux écologistes aimeraient avoir plus de précision concernant son contenu et sa mise en œuvre. En effet, nous sommes surpris qu’il n’aille pas aussi loin que le plan de sobriété national proposé par le gouvernement, plan que nous jugeons déjà en deçà des enjeux que nous avons à relever collectivement.

Pouvez-vous expliquer ces choix ? Existe-t-il des spécificités à Saint-Etienne qui justifient de ne pas mettre en œuvre, au moins, le plan de sobriété proposé par l’Etat ?

Le plan de sobriété municipal prévoit de chauffer les bâtiments administratifs de la ville à 19°C, ce qui est déjà une obligation légale. Pouvez-vous expliquer pourquoi la température n’est abaissée qu’à 15°C dans les équipements inoccupés, et seulement dans ceux inoccupés plus de 24h ?  Rien n’est prévu pour abaisser la température la nuit. Pourquoi ?  La ville Saint-Etienne serait-elle dépourvue d’outils de pilotage permettant de régler la température à distance ? De nombreuses collectivités ont fait le choix d’abaisser la température chaque nuit, et le gouvernement préconise d’abaisser la température à 8°C si les lieux sont inoccupés plus de 2 jours.

Vous annoncez également un investissement dit exceptionnel de 1 million d’euros pour accélérer les économies d’énergie. Pouvez-vous préciser ce que vous pensez pouvoir mettre en œuvre avec cette maigre somme, qui plus est ponctuelle ? Un diagnostic de chaque installation a-t-il été fait afin d’évaluer les besoins en rénovation thermique ? Les équipements sportifs stéphanois, en particulier les gymnases, vont-ils enfin bénéficier des travaux d’isolation nécessaires pour éviter toute déperdition thermique ?

L’extinction de l’éclairage public nocturne est présentée comme une mesure phare. Cependant, pouvez-vous expliquer les éléments qui vous ont permis de délimiter les zones et les temps d’éclairage ? Comment s’est opéré l’arbitrage ?

Par ailleurs, les collectivités se doivent d’être exemplaires, afin de motiver l’ensemble de la société à participer à la réduction des consommations d’énergie. Pourquoi la ville de Saint-Etienne a-t-elle choisi d’éteindre les bâtiments remarquables à partir de minuit seulement, et encore, sauf événements particuliers ? La Sainte-Barbe est citée dans votre plan. N’est-ce pas là l’occasion de donner l’exemple, en ne laissant pas le chevalement du puits Couriot allumé toute la nuit ? De même, pourquoi avoir choisi d’éteindre les panneaux publicitaires numériques uniquement à partir de minuit ? En les éteignant purement et simplement, la ville de Saint-Etienne réaliserait des économies d’énergie conséquentes tout en favorisant le bien-être des habitantes et des habitants. Pourquoi poursuivre le déploiement des panneaux publicitaires numériques sur le territoire, ce qui constitue aujourd’hui une aberration énergétique ?

La rénovation énergétique et l’optimisation des consommations d’énergie est une nécessité, à court terme pour les finances de la collectivité, à moyen et long terme pour la préservation des ressources et du climat. En poste depuis 2014 , pourquoi un plan municipal de sobriété énergétique n’a-t-il pas été mis en œuvre plus tôt ?