décès VGE la réaction du Député Régis Juanico

Il est aussi pour les Ligériens notre voisin, celui qui incarne à jamais le Puy-de-Dôme et sa commune de Chamalières.

« Je viens vous dire en toute simplicité ce soir, au revoir »

Le président de la République Valéry Giscard d’Estaing s’est éteint hier auprès de ses proches à l’âge de 94 ans des suites du coronavirus.

Ce président élu à l’âge de 48 ans en 1974 à la voix chuintante maintes fois imitée par les grands humoristes comme Thierry Le Luron aura rythmé mon enfance dans un contexte de début de crise économique et de chômage et la fin de la période insouciante des Trente Glorieuses.

Mon premier souvenir politique lié à Giscard d’Estaing est associé à une joie familiale : la victoire le 10 mai 1981 de François Mitterrand aux élections présidentielles, la victoire de la gauche et l’alternance politique tant attendue en France.

Il est aussi pour les Ligériens notre voisin, celui qui incarne à jamais le Puy-de-Dôme et sa commune de Chamalières.

Homme de centre-droit, libéral, Européen convaincu, il est le chef de l’Etat qui parfois contre son propre camp imposa des réformes de société comme la loi Veil sur l’IVG, la majorité à 18 ans et le divorce par consentement mutuel.

Comme tout homme politique, Valéry Giscard d’Estaing avait aussi sa part d’ombre qui fit le bonheur pendant son septennat du Canard Enchaîné avec par exemple l’affaire des diamants de Bokassa et plus largement les scandales de la Françafrique.

Une page de notre vie politique se tourne avec sa disparition.