De nouveaux éléments ce lundi 03 août apportés par le parquet de Saint-Etienne sur des faits de violences reportés entre stagiaires au sein du centre de formation de l’ASSE.

Article de Juliette Berne Journalise à #Droitcitoyen et étudiante en journalisme

Violences physiques au sein de l’ASSE :

« Des faits inacceptables »

De nouveaux éléments ont été apportés ce lundi 03 août par le parquet de Saint-Etienne concernant l’enquête préliminaire sur des faits de violences reportés entre stagiaires au sein du centre de formation de l’ASSE. Jeudi dernier a été ouverte une enquête par la gendarmerie pour « violences en réunion sans ITT avec armes ».

De nouveaux éléments ont été apportés ce lundi 03 août par le parquet de Saint-Etienne concernant l’enquête préliminaire sur des faits de violences reportés entre stagiaires au sein du centre de formation de l’ASSE.

Jeudi dernier a été ouverte une enquête par la gendarmerie pour « violences en réunion sans ITT avec armes ». Cette enquête fait suite à des signalements du directeur du centre de formation de l’ASSE et le responsable administratif pour des faits de violences entre stagiaires au sein de l’établissement.

« En l’état de nos informations, il n’y a eu qu’un épisode (de violences, NDLR) survenu très peu après la réouverture du centre de formation le lundi 20 juillet », indique le procureur-adjoint de Saint-Étienne, André Merle. Selon ce dernier, la date exacte des faits reste encore à déterminer.

Des stagiaires frappés pendant qu’ils faisaient des pompes

Selon les premiers éléments de l’enquête, les trois victimes seraient des stagiaires mineurs, âgés entre 14 et 15 ans et originaire de la Drôme, le Rhône et la Haute-Loire. Les trois personnes suspectées de violences seraient également des stagiaires mineurs de 15 à 17 ans originaires d’Île-de-France :  » Les trois personnes soupçonnées seraient venues dans les chambres des plaignants au moment du repas du soir en obligeant les victimes à faire des pompes en leur portant des coups sur les épaules, le dos, les mains ou le plexus » , a déclaré le représentant du parquet stéphanois. Ces derniers ont été suspendus et seront convoqués à une date ultérieure pour être entendus. Les victimes quant à elles ont été vues par un médecin légiste « qui a établi des certificats médicaux mentionnant un jour d’ITT pour chacun« .

« Des faits inacceptables » selon l’A.S.Saint-Etienne

Le club de l’AS Saint-Etienne a publié un communiqué le samedi 1er août concernant l’affaire : » le club ne peut tolérer des actes inappropriés et contraires aux valeurs inscrites dans son projet sportif d’excellence permettant à de nombreux jeunes joueurs d’intégrer le groupe professionnel » peut-on notamment lire. L’ASSE a également déclaré avoir déposé plainte et est prête à collaborer avec les autorités.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *