Covid-19 : les secteurs assurantiel et bancaire doivent aussi être au rendez-vous

Communiqué  suite à la question écrite déposée ce jour par Jean Michel MIS sur la contribution des secteurs bancaires et des assurances à la gestion des conséquences économiques du Covid 19.

Au regard de la situation sans précédent que nous traversons, j’ai interpellé Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, par une question écrite sur la nécessaire contribution du secteur des assurances et des banques à l’effort national de sauvegarde de notre économie.

En effet, force est de constater que de nombreux blocages subsistent dans le domaine de l’assurance et des banques. De nombreux verrous juridiques, issus des dispositions contractuelles des polices d’assurance, subsistent et ne permettent pas aux entreprises d’être indemnisées suite aux préjudices qu’ils subissent comme des pertes de stocks ou d’exploitation consécutifs à la fermeture de leurs établissements.

Si l’annonce, effectuée le lundi 23 mars dernier, par la Fédération française de l’assurance, d’apporter une contribution de 200 millions d’euros au fonds de solidarité en faveur des travailleurs indépendants et des TPE est un premier signe positif, il demeure insuffisant. Il se doit d’être appuyé par des mécanismes de soutien beaucoup plus ambitieux, voire peut-être que soit décrété l’état de catastrophe sanitaire, qui pourrait permettre aux entreprises concernées, en complément de l’état de catastrophe naturelle, de faire jouer les assurances perte d’exploitation.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *