Couvre-feu : des conséquences économiques et sociales que l’on devine aisément

Emmanuel Mandon président.
Natif de Saint-Genest-Malifaux, dont son père Daniel fut longtemps maire et conseiller départemental, Emmanuel Mandon a été élu, hier 14 octobre, président du parc naturel régional du Pilat dont il était déjà vice-président.

Si, au début, on comptait trois candidats, l’écologiste du Grand Lyon, Nathalie Dehan, a vite retiré sa candidature au profit du maire divers gauche de Bourg Argental, Stéphane Heyraud, également conseiller régional tout comme son vainqueur. Emmanuel Mandon qui bénéficiait du soutien de Dino Cinieri, conseiller spécial de Laurent Wauquiez, l’a emporté sur le score sans appel de 72 contre 42.

Couvre feu à Saint-Etienne.
On s’en doutait fortement depuis 48 heures et l’annonce de l’intervention télévisée du chef de l’Etat. Saint-Etienne fait partie des métropoles qui vont devoir appliquer le couvre-feu dès ce week-end avec les conséquences économiques et sociales que l’on devine aisément. Il faut dire que la ville centre de Saint-Etienne Métropole détient un triste record national avec un taux d’incidence de 519 pour 100 000 habitants alors que le seuil d’alerte est fixé à 250 pour 100 000.

Cette triste performance a des conséquences hospitalières avec le transfert de quatre malades hospitalisés à Saint-Etienne sur Clermont-Ferrand. Sans surprise, la décision gouvernementale a été qualifiée « d’échec » par le maire LR tandis que le député LREM, Jean-Michel Mis, parle d’une « décision raisonnable ». L’autre député stéphanois, Régis Juanico (Génération S) souhaite des contrôles dans les centres commerciaux. Il rappelle que lors de sa semaine d’ouverture, Steel a enregistré 130 000 visites. Quant au député Dino Cinieri, il vient d’être testé positif à l’issue d’une grande fatigue

Tentative de rapprochement.
A huit jours du vote pour ou contre la fusion des universités Lyon Saint-Etienne, la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal reçoit, cet après-midi une délégation d’élus locaux en vue d’essayer de trouver un compromis avant le vote final du 23 octobre.
Les présents vont essayer de trouver un compromis sur le statuts. Dans le même temps, et après la fondation de l’université Jean Monnet, ce sont les chercheurs qui approuvent le projet de fusion.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *