Coronavirus : la culture souffre aussi des conséquences de la crise sanitaire

Les brèves de Pat 22/04/2020

Et la culture !
Il n’y a pas que les entreprises diverses à souffrir des conséquences de la crise sanitaire. Le monde de la culture est aussi en grande souffrance. Pour rester dans notre arrondissement citons l’annulation du festival « curieux voyageurs » à Saint-Etienne et de « la rue des artistes à Saint-Chamond ».

Dans cette ville, la programmation devrait être presque intégralement reportée à 2021. Mais, notre territoire est aussi riche de ses théâtres privés. Ceux-ci sont présents à Saint-Etienne mais aussi dans de plus petites villes comme Rive-de-Gier avec l’Imprimerie. L’association des théâtres privés tire aujourd’hui la sonnette d’alarme. L’activité de ces petites salles est à l’arrêt depuis la mars sans perspective de redémarrage immédiat. Les subventions publiques sont limitées, les recettes de billetterie sont nulles.

Dans ces locaux de faible capacité, l’application de la distanciation sociale apparait complexe. Nos cinémas sont aussi fermés et la presse spécialisée, comme l’Agenda stéphanois et le Petit bulletin ne sortent plus.

Michel Debout.
Pour Michel Debout, le confinement n’est pas synonyme d’inaction. Le professeur émérite de médecine vient de prendre l’initiative d’une pétition intitulé « Non au huis clos dans les EHPAD ».
L’auteur y dénonce le manque de moyens de protection tant pour les résidents que pour les soignants. Il s’insurge aussi contre l’absence d’obsèques qu’il qualifie de « violence indicible ». Il réclame l’établissement d’un code de bonnes pratiques en la matière.

Dans une note à la Fondation Jaurès, le psychiatre stéphanois rejette le vocabulaire guerrier tout en affirmant que le confinement est la condition sine qua non de lutte contre le virus. Dans ce texte, Michel Debout dénonce « l’impréparation impardonnable du dispositif sanitaire » les contradictions de la communication officielle, la gestion au jour le jour, la préparation hasardeuse au déconfinement.

L’activité de Jean-Michel Mis.
Le député LREM de Saint-Etienne demande l’introduction d’une taxe exceptionnelle sur les bénéfices des banques et des compagnies d’assurances égale à l’impôt sur les bénéfices des sociétés. Par ailleurs, il demande que la TVA sur les masques soit ramenée à 5,5%.

Enfin, il suggère la création d’un fonds départemental de soutien à la vie associative. En ce qui concerne la ville de Saint-Etienne, il soutient la demande faite par l’opposition de gauche d’un conseil municipal extraordinaire. Une
demande sans réponse à l’heure où paraissent ces lignes.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *