Partager cet article :

Lors de la séance publique du Conseil départemental de ce jour, les délégations des 12 Vice-Président(e)s et des Conseillers de la majorité ont enfin été communiquées.
Nous avons ainsi eu la confirmation que des politiques publiques majeures, au cœur des compétences départementales, ne seront plus représentées par un ou une Vice-Président(e) du Département : la politique de l’autonomie (personnes âgées et handicap) ainsi que l’enfance.

Ces compétences sociales fondamentales comptent pourtant parmi les plus importants budgets du Département : 232 millions d’euros pour l’autonomie et 105 millions d’euros pour l’enfance. Dans le même temps, de nombreuses autres politiques, aux lignes budgétaires largement inférieures, demeurent représentées par un(e) Vice-Président(e).

Nous nous étonnons de ce choix qui constitue à n’en pas douter une exception en France. C’est en outre un très mauvais signal envoyé aux acteurs institutionnels et associatifs, partenaires du Département, œuvrant dans ces secteurs d’activité et qui vont pourtant être durablement affectés par les conséquences sociales de la crise sanitaire.

Alors que le Président ZIEGLER a déclaré vouloir « faire plus sur le social », son premier acte politique vient contredire ses propres intentions. Une fois encore, le rendez-vous avec les enjeux actuels et futurs est tristement manqué.

Pierrick COURBON
Président du groupe « Loire en commun »
et ses collègues : Arlette BERNARD, Brigitte DUMOULIN, Régis JUANICO,
Jean-Jacques LADET, Marie-Michelle VIALLETON.