Partager cet article :

Voici des questions orales et voeux déposés par les Élus du groupe « Saint-Etienne Demain » en vue du Conseil municipal de ce lundi 16 novembre. 

Vous avez annoncé le 6 novembre dernier qu’un centre de santé pluridisciplinaire devrait voir le jour en 2021 en lieu et place de la Galerie Dorian. Selon vos déclarations que la Coordination des Œuvres Sociales et Médicales (COSEM) n’a d’ailleurs pas confirmées, 50 médecins généralistes et spécialistes y seraient attendus, ainsi que 25 dentistes.

L’installation de professionnels médicaux et paramédicaux dans notre ville est naturellement une bonne nouvelle, notre territoire étant durement frappé par le phénomène de désertification médicale. Aussi, nous saluons comme il se doit un tel projet.

Nous avions d’ailleurs clairement identifié cette problématique à l’occasion de la campagne municipale, en proposant à Saint-Etienne l’installation d’un centre municipal de santé. Le projet annoncé ne sera toutefois pas porté par la Collectivité mais par un opérateur privé à but non lucratif, dont les centres existants en Île de France respectent les tarifs conventionnés, pratiquent le tiers-payant et ont signé des accords avec la plupart des mutuelles de santé.

Cependant, cette annonce appelle de notre part un certain nombre de questions complémentaires auxquelles nous vous demandons de répondre aujourd’hui :

– Quel a été le rôle exact joué par la Ville de Saint-Etienne dans ce projet, dans la mesure où la Galerie Dorian est aujourd’hui la propriété du groupe immobilier « La Société de la Tour Eiffel », qui a préalablement absorbé AFFINE, qui avait fait l’acquisition de la Galerie Dorian en 2006 ?

– Quand les travaux vont-ils démarrer ? Vous avez annoncé l’ouverture du centre de santé en 2021, il n’y a donc pas de temps à perdre !

– Sur le plan de la démographie médicale, est-ce qu’une concertation a été organisée avec les Ordres professionnels ?

– Surtout, d’où et quand viendront les 75 professionnels annoncés ?

S’agira-t-il réellement de nouvelles installations, ou ce futur centre proposera-t-il simplement ou en partie des regroupements de praticiens déjà installés dans les quartiers stéphanois et sur le territoire métropolitain ?

Le solde net des nouveaux professionnels de santé installés sera le seul révélateur de la plus-value de ce projet. A ce stade, le chiffre de  75 professionnels nouveaux, dont des spécialistes, semble très optimiste, au regard des difficultés à en trouver ne serait-ce qu’un seul actuellement.