Partager cet article :

France Relance dans la Loire.
Dans notre département, ce plan concerne quelques 46 sites de reconversion industrielle. L’un d’entre eux est particulièrement emblématique et se situe sur la commune rurale de Saint-Denis-de-Cabanes avec l’aménagement d’une friche en un véritable centre bourg. Mais, le plan ne concerne pas que les communes rurales.
A Saint-Etienne Jean-Pierre Berger, l’adjoint à l’urbanisme, mène plusieurs projets de reconversion à travers des déconstructions et des réhabilitations. Ces travaux visent aussi à lutter contre l’étalement urbain; Dans cette catégorie, on peut donner l’exemple du centre commercial Steel bâti sur des friches.

2 L’obstination de Marc Petit.
Sa défaite, la semaine dernière, aux élections départementales, a mis fin à plus d’un demi-siècle de représentation communiste du canton de Firminy. Et, on pouvait imaginer que cet épisode mettrait un terme aux ambitions politiques du personnage. Il n’ en est rien. Interrogé par le quotidien, le Progrès, l’enseignant a livré sa colère et dénoncé un complot contre sa personne mené par les dirigeants du PC.

L’ancien maire a évoqué la réunion de ses soutiens au cours de laquelle une consigne de second tour a été adoptée. Plusieurs membres penchaient pour un appel à voter à gauche, d’autres pour l’abstention, d’autres encore pour l’absence de consignes. En attendant, l’homme n’a pas de mots assez sévères pour juger son successeur, Julien Luya. Attaché à son poste de conseiller municipal d’opposition, il n’exclut rien !

3 Ambiance au conseil départemental.
Tout ceux qui ont assisté à la séance d’installation du nouvel exécutif départemental, ont été frappés par la hâte mise par le président Ziegler à mener les travaux. L’homme semblait pressé. Il est vrai que l’ambiance était peu sereine. Une élue sortante a refusé de poser pour la photo officielle. Jean-François Barnier semblait absent et peu motivé. Une voix majoritaire a manqué au président. Le nombre de postes de vice-présidents étant limité par la législation, le président a nommé plusieurs conseillers spéciaux. Sans doute s’ est-il rappelé qu’il fut un très discret conseiller spécial de Gaël Perdriau lors du premier mandat municipal de celui-ci. Des vice-présidents ont été nommés à des fonctions secondaires, pour un département, comme les sports, la culture et l’attractivité. Mais quid de l’autonomie et de la petite enfance qui sont des compétences majeures des départements ? Lundi se réunira la première commission permanente.