De « Mon Parti Saint-Etienne » à la Vice-Présidence des Républicains : le grand écart de Gaël PERDRIAU

Communiqué des élus d’opposition de gauche à la Mairie de Saint-Etienne (Pierrick COURBON, Maryse BIANCHIN, Anaclet NGAMENI, Marie-Hélène THOMAS et Myriam ULMER) suite à l’annonce de la nomination de Gaël PERDRIAU à la Vice-Présidence des Républicains.

Alors qu’il s’est toujours présenté Maire « au-delà des partis », disant voulant consacrer toute son énergie au service de Saint-Etienne et des Stéphanois, Gaël PERDRIAU est nommé ce jour Vice-Président des Républicains.

L’édile de la ville, qui vient de se déclarer candidat pour les prochaines élections municipales, affirmait lors de la présentation de sa candidature à sa propre succession, son désir de « dépasser les étiquettes et l’esprit partisan ». De la parole aux actes, il existe un pas qu’il a apparemment beaucoup de mal à franchir, en rejoignant aujourd’hui l’exécutif des Républicains.

Incohérence, quand tu nous tiens !

Désormais, les choses sont claires : la droite dure des amis de M. JACOB est bien en place aux manettes de la ville !

On sait que Gaël PERDRIAU se sent à l’étroit dans son costume de Maire et qu’il aspire à d’autres responsabilités. S’engager dans la direction d’un parti politique n’est pas problématique en soi. Le faire en pleine campagne électorale est incohérent au regard des déclarations récentes de Gaël PERDRIAU.

Élu et candidat « sans étiquette » à Saint-Etienne, homme d’appareil à Paris : personne n’est dupe du grand écart du candidat-Maire !

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *