Manques d’effectifs au SAMU 42 : la réponse de l’ARS

Communiqué de Régis JUANICO, Député de la Loire, et de Jean-Claude TISSOT, Sénateur de la Loire, relatif à la réponse de l’ARS à leur interpellation de cet été sur la situation préoccupante du SAMU 42.

Le directeur général de l’Agence Régionale de Santé, Jean-Yves Grall, vient de nous apporter des réponses en partie satisfaisantes, suite à notre interpellation de cet été sur la situation préoccupante du SAMU 42.

En juillet dernier, en pleine mobilisation nationale des Centres 15, les assistants de régulation médicale (ARM) du SAMU 42 étaient venus à notre rencontre pour nous alerter sur les conséquences des manques d’effectifs : allongement de la file d’attente et de la durée moyenne de réponse aux appels entrants, agressivité croissante des patients, stress des personnels…

Le centre d’appels, situé au CHU, doit en effet répondre à un nombre croissant d’appels (+ 10% chaque année) et a dû, en outre, absorber l’activité du centre d’appels de Roanne, tout cela à effectifs constants.

Dans sa réponse du 17 septembre, le Docteur Grall nous informe avoir « octroyé une subvention de 100 000 euros au 1er janvier 2019 du Centre 15 du SAMU 42 afin de consolider l’effectif » des ARM.

Les personnels nous ont confirmé avoir ainsi pu obtenir la satisfaction de leur principale revendication : passer à 5 ARM en journée (contre 4 certains jours actuellement). Ils sont également en discussions pour obtenir un renfort nocturne, tout aussi nécessaire : une étude est en cours pour le positionner en adéquation avec l'afflux des appels.

La situation pour les personnels et les patients devraient donc connaître un mieux significatif.

En revanche, ils sont plus réservés sur l'intérêt du système informatique ambulancier (SIA) de gestion des ambulances, annoncé
par l’ARS. En effet, ce système n’étant pas relié à leur logiciel de traitements des appels, il rend indispensable de ressaisir les informations et ne représente donc pas un réel gain de temps…

De plus, déçus par la réponse gouvernementale à leur légitime demande de reconnaissance de leur métier, ils restent entièrement
mobilisés pour obtenir – à l’instar de leurs collègues des urgences – le droit à une prime de risques de 100 euros brut.

Partager cet article :

One thought on “Manques d’effectifs au SAMU 42 : la réponse de l’ARS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *