Baisse des effectifs dans la Police nationale : Une situation inacceptable dans l’Ondaine

Communiqué  de Jean-Claude TISSOT, Sénateur de la Loire, au sujet de la baisse de 20% d’effectifs des fonctionnaires de police.

Tout comme les représentants des syndicats de police de la Circonscription de Sécurité Publique (CSP) de l’Ondaine basée à Firminy je suis particulièrement inquiet de la diminution de 20% des effectifs de fonctionnaires de police à compter du 1er septembre prochain.

Figurant déjà parmi les oubliés du dispositif de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ), le territoire de l’Ondaine se verra en outre privé de 14 agents de police. Il s’agit d’une situation inadmissible qui va peser sur les conditions de travail des policiers en poste et la sécurité des habitants tout en provoquant une perte de proximité avec les forces de l’ordre.

Le Sénat, par une commission d’enquête sur l’état des forces de sécurité intérieure, avait déjà alerté le gouvernement dès 2018, sur le moral dégradé des agents de police, dont le taux de suicide anormalement élevé constitue l’un des révélateurs. Une nouvelle diminution des effectifs à Firminy va considérablement dégrader les conditions de travail des 60 fonctionnaires de police, déjà privés de roulement les week-ends et mercredis, au contraire des circonscriptions voisines, de ce fait « plus attractives ».

Comment assurer correctement le maintien de l’ordre d’une circonscription de 52.000 habitants avec seulement 60 gradés et gardiens de la paix ? Le gouvernement, en « organisant » cette pénurie d’effectifs, cherche à se défausser sur les collectivités locales, qui n’auront d’autre choix que de recruter des policiers municipaux.

Je suis également inquiet quant aux risques de fermeture des permanences du commissariat de police du Chambon Feugerolles. Le cas échéant, ce serait un coup terrible porté à la proximité des agents de police avec la population. Les conséquences sont connues d’avance : rallongement des délais pour déposer plainte, accumulation des enquêtes, diminution des effectifs sur le terrain car occupés à des tâches administratives, etc. En d’autres termes, un service public de la sécurité dégradé.

Aussi, j’interviendrai directement auprès de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, pour que de nouveaux gardiens de la paix qui seront promus au 1er septembre puissent être affectés à la CSP Ondaine.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *