Qui se souvient que le 1er vélo est né à…Saint-Etienne ?

Réputée dans l’Hexagone, au cours du XIXe et XXe siècles,  grâce à nos mines puis par notre équipe de football.  Saint-Étienne fut également la capitale du cycle notamment avec les fameuses Hirondelles de Manufrance.

S’il ne reste que très peu de traces aujourd’hui à Saint-Étienne qui rappel cet âge d’or de la petite reine, il faut aller au musée d’art et d’industrie de la ville pour découvrir ce passé glorieux. Un étage est dédié au vélo et à son histoire, à côté des armes et des rubans, autres productions d’importance au fil des siècles.

C’est à Saint-Etienne que fut construite la première bicyclette française, comme le raconte Anne Henry, responsable du département Cycle du musée : « Après l’invention de la draisienne en Allemagne en 1817, puis du vélocipède par Pierre Michaux à Paris en 1860, ce sont les Anglais et les Américains qui développent le concept et inventent le grand-bi puis la bicyclette telle qu’on la connaît aujourd’hui. En 1886, un coureur anglais, représentant la marque Rudge Cycle Company fait une tournée publicitaire en France et va à la rencontre des clubs vélocipédiques qui viennent de se créer dans les grandes villes de l’Hexagone, afin de présenter la nouvelle invention et susciter des commandes. À Saint-Étienne, les frères Gauthier vont copier le modèle anglais et donner naissance au premier vélo français… »

info trouvée dans : https://www.ouest-france.fr Article de Gautier Demouveaux

Très rapidement, ces artisans, passionnés par ce nouveau moyen de transport, sont sollicités par la Manufacture française d’armes. Quand ils ont vu que des artisans stéphanois produisaient cette nouvelle machine, ils ont tout de suite été intéressés ! » Les frères Gauthier voient leur carnet de commande exploser, et ne peuvent répondre à la demande. La manufacture décide donc de lancer un département consacré aux cycles dans ses usines afin de fabriquer des vélos. La production, jusque-là artisanale, devient industrielle.

Dès la fin des années 1880, la Manufacture des armes et cycles de Saint-Étienne développe une gamme sous la marque Hirondelle, qui se démarque par un design bien spécifique, étudié pour apporter un maximum de confort aux cyclistes : guidons anti-vibrations, selles à ressort pour amortir les chocs. Un nom qui désignera les policiers de l’époque qui patrouillaient sur ces vélos.

Dans le même temps, d’autres fabricants d’armes  stéphanois s’intéressent également à la fabrication de bicyclettes. Certains proposent des vélos complets, d’autres mettent à profit leur savoir-faire mécanique pour se consacrer à la fabrication de pièces détachées, allant des pédaliers aux roulements à billes en passant par les dynamos, éléments fabriqués à la chaîne qui servent ensuite à des petites marques de vélos, qui ne fabriquent que les cadres, pour monter des vélos.

« Ce savoir-faire local autour des armes et de la métallurgie, qui font alors la force de la ville et de sa périphérie, permet à l’industrie du cycle de se développer rapidement ici. Dès la fin du XIXe siècle, seuls les pneus et les selles ne sont pas fabriqués dans la ville ».

Dans les années 1920, âge d’or du vélo à Saint-Étienne, la ville compte plus de 350 usines ou ateliers consacrés à l’industrie du cycle, un maillage très dense qui emploie plusieurs milliers d’ouvriers et fait de la cité forézienne la capitale du vélo en France.

Certaines marques développent la vente grand-public, d’autres n’hésitent pas à développer des engins performants pour les sportifs, et sponsorisent même des équipes professionnelles. C’est le cas par exemple d’Automoto, qui a une formation à son nom sur le Tour de France dès 1910, suivi en 1935 par la firme Mercier, qui poursuivra dans les pelotons jusque dans les années 1970 avec, comme ambassadeur, Raymond Poulidor.

Manufrance lui mise sur le développement du vélo grand public, en popularisant notamment – comme l’ensemble de l’industrie du cycle – sur un personnage : Paul de Vivie, alias Vélocio, « un négociant de rubans arrivé à Saint-Étienne à la fin du XIXe siècle, qui s’est très tôt intéressé au développement du vélo » Après la fabrication de la première bicyclette par les frères Gauthier, Paul de Vivie lance sa propre marque, la Gauloise, et se prend de passion pour ce nouveau moyen de transport, véritable outil d’émancipation pour lui, permettant notamment de partir découvrir, en autonomie, les beautés du pays. (Voir Article Hommage de Pierre Mazet).

L’âge d’or prend fin au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Dès les années 1950, les ventes s’essoufflent, et c’est encore pire durant la décennie qui suit, avec la démocratisation de l’automobile. À partir des années 1980, la concurrence venue d’Europe de l’Est et d’Asie et la vente de vélo dans les grandes surfaces condamnent définitivement l’industrie du cycle à Saint-Étienne.

Partager cet article :

One thought on “Qui se souvient que le 1er vélo est né à…Saint-Etienne ?

  1. Bravo , pour ce rappel, grâce à ce merveilleux engin, on a pu se déplacer, pour maintes raisons, mais surtout pour découvrir et aller voir ailleurs, en utilisant notre force musculaire et notre volonté. Merci , à tous ces hommes qui ont faits évoluer au cours des années cette merveilleuse machine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *