Qui se souvient des premiers petits « Casino » ?

Nous les appelions des petits « Casino » dans les quartiers, mais le mot exact est succursale.

En 1900, c'est l'apparition des succursales d’alimentation.

Fort de la réussite de son magasin de Saint-Etienne, Geoffroy Guichard décide de développer un modèle fondé sur des maisons d’alimentation à succursales.  Ce genre de commerce est nouveau dans la région stéphanoise, aussi faut-il créer une organisation nouvelle. Chaque ouverture de succursale nécessite de nombreuses démarches : il faut louer des magasins, les installer et choisir les gérants. En 1904, la 100ème succursale est ouverte. Le réseau couvre l’ensemble des départements de la région.

Le gérant de succursale est assimilé à un salarié mais il est employeur de son personnel, vend des marchandises appartenant « au Casino » et est payé à la commission.

Selon Geoffroy Guichard, « la simplicité et l’efficacité du système de gestion par gérant mandataire augmente les responsabilités des vendeurs et leurs possibilités de gains dans le cadre d’une association de répartition du travail avec un soutien organisé ».

Pour rappel, si aujourd’hui le nom de Geoffroy Guichard vous emporte tout de suite au stade, Geoffroy Guichard etait l’aîné d’une famille de 4 enfants. Ses parents exploitent depuis 1864 un fonds de commerce d’épicerie de détail à Feurs. Après son baccalauréat, il choisit de travailler au côté de son père dans l’épicerie familiale suite à une maladie de sa mère. Après son service militaire, Geoffroy Guichard complète sa formation commerciale dans une maison d’épicerie en gros lyonnaise, s’initie à la comptabilité à Saint-Etienne et revient à Feurs où il s’emploie à développer l’activité de l’épicerie familiale.

En 1889, il épouse Antonia, la fille de Jean-Claude Perrachon. Il s’associe alors à son cousin par alliance Paul Perrachon qui dirige depuis dix ans le magasin stéphanois installé dans l’ancien Casino Lyrique de Saint-Etienne. En 1892, Geoffroy Guichard devient le seul propriétaire de l’établissement. Jusqu’en 1898, Geoffroy et Antonia Guichard travaillent et vivent dans le Casino de la rue des Jardins. Les fenêtres de leur appartement, surnommé « le sénat » par le personnel, donnent à l’intérieur du magasin.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *