Le maire de Saint-Etienne condamne avec la plus grande fermeté les actes d’inssurection et demande des effectifs supplémentaires de policiers nationaux

“Je condamne avec la plus grande fermeté les actes d’insurrection urbaine qui se sont déroulés, en fin d’après-midi, dans différents quartiers de Saint-Etienne, entre une cinquantaine de casseurs, venus se mêler aux manifestations des gilets jaunes, et les forces de l’ordre.
Ces affrontements extrêmement durs ont provoqué d’importants dégâts matériels. Je tiens à saluer la coopération entre la police nationale, dont les effectifs se sont révélés, malheureusement, insuffisants, et la police municipale. Je salue leur engagement, leur courage et leur professionnalisme afin de protéger les habitants dans des situations d’une rare difficulté, ainsi que l’action des sapeurs-pompiers qui sont intervenus très rapidement. Ces violences urbaines ont causé d’importants dégâts tant sur l’espace public que dans les commerces de notre ville, spécialement sur la Grand’rue, entre Centre 2 et la place du Peuple.
 .
La situation devenue extrêmement tendue, la décision a été prise, à la demande du préfet de la Loire, de fermer le marché de Noël, afin de concentrer les forces de l’ordre sur les missions de maintien de l’ordre en ville et sécuriser les cérémonies de la Sainte-Barbe, si chères au cœur des Stéphanois, venus particulièrement nombreux ce soir en ville pour ce moment de partage, et profiter des nombreuses animations du marché de Noël. A cette heure, 14 interpellations ont eu lieu.
 .
Je demande solennellement au procureur de la République, la plus grande sévérité face à ces casseurs arrêtés.
.
Je demande également au ministre de l’Intérieur et au gouvernement qu’ils prennent enfin la mesure de la situation dans laquelle le pays se trouve aujourd’hui pour qu’en cas de nouvelles manifestations, des effectifs de police conséquents soient déployés afin de maintenir l’ordre.
 .
De manière plus générale, l’ensemble du pays est touché par une vague de violences urbaines sans précédent liée à une situation de blocage dans le dialogue entre le gouvernement et le mouvement des gilets jaunes.
.
Il est temps que le président de la République prenne la dimension exacte de la crise qui secoue la France.
 .
Les mesures annoncées cette semaine, faute d’une volonté réelle d’ouvrir des négociations, sont jugées très insuffisantes par les manifestants qui n’ont rien à voir avec les casseurs qui sèment le désordre et créent un sentiment de peur dans nos villes”.
.
Gaël PERDRIAU, Maire de Saint-Etienne, Président de Saint-Etienne Métropole
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *