EELV critique sur la création d’un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat

Ce périmètre de sauvegarde du commerce manque un peu d’ambition. Il y manque le quartier Saint-Roch, c’est une évidence.

Entre Saint-Roch et le centre-ville, il y a deux autres quartiers : La Charité et Saint-Jacques.
Un jour ou l’autre, le C.H.U. va lancer un projet sur le site de la Charité qui est le lien entre le quartier Saint-Jacques, les rue piétonnes et Saint-Roch. Comment faire une continuité, savoir ce qu’il va se passer autour de la Charité ?

On peut se poser la même question sur le quartier Badouillère. Si sur la place Badouillère quelques commerces fonctionnent encore, on voit bien qu’à côté, rue Gambetta, ça fonctionne mal.
Votre projet pour les Halles est positif mais nous sommes sur une zone intermédiaire dont il ne faut pas négliger le rôle et donc elle aurait dû être intégrée à cette réflexion.

De même pour la place Jacquard et le bas du Crêt-de-Roc.

Il faudrait également revoir notre ambition en terme de patrimoine. Nous avons un plan façades, il se poursuit et nous allons pouvoir travailler à l’échelle de plusieurs magasins pour vendre la valeur patrimoniale de certains « bas » d’immeubles qui ont été abîmés par le temps, par des pratiques commerciales anciennes, etc… C’est quelque chose qui n’est pas imaginé dans cette foncière mais, qui, je le pense, devra être imaginée dans les années qui viennent.

Nous sommes tous d’accord pour dire que cette foncière peut nous permettre de régler le problème des sur-loyers. Rue Léon Nautin, certains loyers atteignent 1 000 € mensuels ! On ne peut pas, dès lors, s’étonner que la rue ait quelques soucis avec des tarifs devenus prohibitifs. Je comprends les propriétaires qui sont pressés de faire six mois de bénéfice en se fichant des six mois suivants mais nous, nous ne nous fichons pas de la ville et nous avons envie que ça tourne. La logique de cette foncière est de rééquilibrer les dépenses, comme ce qui a été fait sous les arcades, mais c’était un minimum, les cellules étant très petites.

Il est indéniable que l’évolution du commerce, la première part de chiffre d’affaires en Auvergne Rhône-Alpes aujourd’hui c’est Internet ! Cela impose de profondes modifications en terme de commerce et d’aménagement du territoire. Plus que jamais, nos centres-villes sont menacés !

La situation n’est plus la même qu’il y a dix ans, qu’il y a cinq ans ! Incontestablement internet s’est imposé dans notre monde  : certains achats alimentaires font + 125 % par mois, on ne va plus au petit Casino ou au petit Leclerc du coin, ça modifie complètement les habitudes des consommateurs et il nous faut avoir un centre-ville performant pour répondre à cette demande.

Olivier Longeon, Conseiller municipal Europe Ecologie Les Verts de St Etienne

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *