Sous Chavanelle coule le Chavanelet

Pierre Mazet (http://www.pierre-mazet42.com/) auteur de nombreux Polars et passionné d’Histoire nous présente des stéphanois dont parfois par manque de culture nous ignorons l’existence….Mais aussi des lieux qui ont marqués l’Histoire Stéphanoise.

Parti du Pilat, le Furan traverse la ville du nord au sud. Il n’est, aujourd’hui, plus visible aux yeux des habitants de Saint-Etienne. Mais, il n’est pas la seule rivière à couler sous le sol stéphanois. En effet, sous nos pieds, ce ne sont pas moins de six rivières qui viennent  le rejoindre :

– Le Furet descend de Planfoy.  Il rejoint le Furan à la Rivière. Autrefois surnommé « La Rivière », il a donné son nom au quartier.

– Le Merdaret ou Merdary, venu de la Croix de l’Orme,  se jette dans le Furan au niveau de la fac de lettres

– Le Roannelet nait derrière la colline de Beaubrun et rejoint le Furan vers la Place Jean Jaurès.

– Le ruisseau des Villes, dont les débordements étaient fréquents,  se jette dans le Furan vers la Manufacture d’armes.

– Les Eaux Jaunes, en provenance de Saint-Jean-Bonnefonds, traversent le quartier du Marais et se jette dans le Furan à  la Vignasse. Il servait de limite entre La Talaudière et Saint-Etienne.

–  Le Chavanelet, qui prend naissance à la Métare, se jette dans le Furan au centre de la rue du Grand Moulin.

 

Le Chavanelet  passe tout près de la place Chavanelle. Il serait tentant d’en déduire qui c’est lui qui a donné son nom à la place. Pourtant, il n’en est probablement rien. Son nom viendrait des propriétaires du terrain qui l’ont cédé à la municipalité en 1664 : les frères Chavanel. Chavanelle n’est pas la plus ancienne des places stéphanoises, la place Grenette l’a précédée.

Pourtant depuis sa création, elle a connu de multiples évolutions. En 1664, elle fut acquise pour y créer un marché. Mais peu à peu, en raison notamment de la présence du Chavanelet,  elle est devenue le noyau de l’industrie armurière stéphanoise. Dès 1714, deux maisons situées à l’angle des actuelles rues Léon Nautin et Dormand sont transformées en Manufacture royale où sont centralisés les arrivages, les expéditions ainsi qu’une partie des activités de finition.

Tout autour, et notamment rue Pointe-Cadet, des immeubles d’armuriers s’alignent le long des rues. Pendant la Révolution, la place est le siège des manifestations civiques et patriotiques. Le 10 octobre 1791, y est lue la proclamation de la constitution. En 1793, y est planté un arbre de la liberté, elle est désormais nommée place de l’Egalité. Entre 1806 et 1815, plus d’un million de fusils y sont fabriqués. En 1819, cette grande place triangulaire est dénommée Chavanelle, elle n’a plus changé de nom.

Après cette période troublée, l’espace est utilisé pour les marchés de détail puis de gros, à partir de 1888. En 1913, débute la construction du marché couvert en charpente métallique dont l’achèvement sera retardé jusqu’en 1925, à cause de la première guerre mondiale. Jusqu’en 1972, Chavanelle va rester le « Ventre de Saint-Etienne ». L’activité démarrait dès trois heures du matin. Les « pagnots »,figures typiquement stéphanoises à la fois clochards et hommes à tout faire déchargeaient les corbeilles pleines de légumes, d’œufs ou de fromages.

Puis ils livraient les commerçants de la ville avec des chars à bras. Ils croisaient les noctambules venus déguster une soupe à l’oignon chez les cabaretiers qui bordaient la place. Les camions de primeurs et les montagnes de cageots de légumes encombrent la place et les rues avoisinantes, rendant presque impossible la circulation. Le marché a été démoli en 1972, causant la disparition de ces personnages haut en couleur qui faisaient la vie du quartier.

La place fut occupée jusqu’en 2003 par une gare routière, déplacée aujourd’hui à Chateaucreux. Depuis janvier 2006, un cadran solaire domine la nouvelle place inaugurée le 22 juin de la même année. Cinq artistes ont contribué à son embellissement et donné à la place un aspect très minéral que certains jugent un peu froid.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *