Invitation à la découverte : Sur les pas de George Sand, par Chris R.V Artiste

C’est sur les pas de George Sand à Nohant-Vic en plein cœur du Berry que Christine nous envois ses photos et ses émotions.

Née Aurore Dupin en 1804, George Sand vit de sa plume et conquiert son indépendance. Séparée de son mari, elle défend les droits des femmes dans ses ouvrages et s’investit dans la révolution de 1848.

La maison construite à la fin du XVIIIe siècle, une maison de maître et ses dépendances sont acquises par Madame Dupin de Francueil, grand-mère paternelle de George Sand.

Elle fuit Paris au moment de la révolution, et achète ce Domaine à Nohant. Son père Maurice meurt suite à une chute de cheval, sa mère sa mère Sophie ne s’entend pas avec sa belle-mère. Toutes deux se disputent la petite Aurore. En 1809, en échange d’une rente à vie, Sophie donne la tutelle de sa fille à sa belle-mère.

C’est ainsi que la petite Aurore Dupin née en 1804, à Paris, grandira auprès de sa grand-mère et deviendra plus tard l’héritière du Domaine. Elle changera de nom afin de pouvoir faire publier et vendre ses livres plus facilement, car à l’époque c’était compliqué pour une femme.

George Sand vit de sa plume et conquiert son indépendance.difficilement, le divorce étant très dur à l’époque. Séparée de son mari, François Dudevant dit Casimir, un homme rustre et coureur de jupons.

Elle trouvait injuste que les femmes une fois mariées soient sous la coupe de leur mari qui du coup possédait tous les biens de leur épouse.

Grace à cette séparation de corps et bien, elle récupèrera tout ce qui lui appartient. De cette union naitra deux enfants, Maurice et Solange. Maurice épousera Lina, ils auront deux petite fille, Gabrielle qui décèdera, et Aurore qui sera la dernière petite fille et héritière de George Sand.

George vivra neuf ans à Nohant avec le compositeur Frédéric Chopin. C’est dans sa chambre aux portes capitonnées à cause des bruits de la maison, car ça circule beaucoup, de la cuisine au grenier. La maison est animée par les domestiques, Chopin y composera une grande partie de ses œuvres.

C’est dans sa chambre même qu’elle écrivait, souvent la nuit. George écrivait vite et bien, elle publiait un livre tous les six mois.

C’est grâce à cet argent qu’elle pouvait faire vivre le Domaine. Elle s’est éteinte au matin du 8 juin 1876 à l’âge de 72 ans, malade elle ne quittait plus sa chambre.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *