Qui se souvient des Moulins à café fabriqués à Saint-Etienne ?

Saint-Etienne est connue pour être la ville du cycle, de l’arme mais si on remonte encore un peu plus loin dans le temps, on découvre que l’on fabriquait aussi des moulins à café.

Avec pas moins de 80 faiseurs de moulins à café et plus de 300 faiseurs de fiches identifiés à ce jour, l‘agglomération stéphanoise, tout entière vouée, dès son origine, au travail du fer, a curieusement compté un nombre important de “faiseurs de moulins à café”.

Dès le règne de Louis XIV nous retrouvons trace de ces vaillantes mini-dynasties d’artisans dont le nom s’est effacé de la mémoire locale au bénéfice des grands armuriers dûment répertoriés ou des graveurs sur armes dont la spécialité devait connaître son apogée avec l’époque révolutionnaire et les régimes qui suivirent, première Restauration comprise.

 
Utilisant au mieux son potentiel productif et son savoir-faire dans le domaine de la petite métallurgie (charnières de fenêtres, ” clincaillerie ” diverse, etc. …) et de l’arme (à la fois travail du métal, gravure, et sculpture sur bois pour les crosses), c’est tout naturellement que les artisans stéphanois réalisèrent des moulins à café.
 
Les échanges commerciaux entre la région stéphanoise, l’Italie et l’Espagne étaient dès cette époque chose courante, et les grandes familles locales du négoce avaient fort bien compris l’importance de comptoirs installés à Toulouse, Bordeaux, La Rochelle, Liège
Ces moulins à café, pièces exceptionnelles fabriquées aux XVIIe et XVIIIe siècles font aujourd’hui le bonheur des musées et des collectionneurs privés.
 
On  a retrouvé le moulin dit ” modèle Louis XIV ” mais également d’autres types, tous estampillés d’artisans locaux formant de véritables dynasties : Chapelon, Cizeron, Desarmeaux, Freycon, Gillier, Thivelier, Tiblier, …
 
Malheureusement Saint-Etienne ville de grande production artisanale puis industrielle n’a pas conservé trace de ces activités.
infos : www.histoireetpatrimoinedesaintetienne.com

 

Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *