Piège de la contractualisation : le combat continue pour Gaël Perdriau

Après avoir lancé l’appel du 18 juin à Saint-Étienne, pour défendre la libre administration des collectivités locales, j’étais aujourd’hui à Paris, pour poursuivre ce combat, juste, soutenu par François Baroin, Hervé Morin et Dominique Bussereau, présidents respectifs de l’Association des maires de France, de l’;Association des régions de France et de l’Assemblée des départements de France.

J’ai rappelé que les collectivités locales sont soumises à la règle d’or et ont des budgets à l’équilibre, contrairement à l’Etat qui poursuit sa politique de déficit chronique depuis 1974.

Elles ont montré qu’elles étaient vertueuses dans la gestion des finances publiques.
Les premières victimes de cette contractualisation seront les communes rurales qui n’ont aucune marge financière et que les grandes collectivités locales ne pourront plus aider à l’avenir.

Cette contractualisation est une lettre de cachet lancée par le monarque Emmanuel Macron aux collectivités.

En tant que Maire de Saint-Étienne et Président de Saint Etienne Métropole, je serai le sans-culotte des collectivités territoriales en portant leur voix.

Je comprends et soutiens la décision des trois associations d’;élus de se retirer de la conférence nationale des territoires pour dénoncer le simulacre de dialogue engagé depuis un an par le gouvernement et le président de la République.

Gaël Perdriau
Maire de Saint-Étienne
Président de Saint-Étienne Métropole

Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *