Contractualisation avec l’État : Pour Nadia Semache c’est inacceptable et heureusement rejeté par la Métropole

Le contrat proposé par l’État à la Métropole dans le cadre de la loi de programmation pluriannuelle des finances publiques vient d’être rejeté par l’Assemblée métropolitaine ce jeudi 28 juin.

Ayant voté dans ce sens, je me réjouis que les élus, toutes tendances confondues, aient majoritairement refusé de signer un tel document.

Ce contrat, ou prétendu tel, prévoit en effet que toute collectivité qui ne respecte pas un plafond de 1,2% d’augmentation de ses dépenses de fonctionnement soit sanctionné financièrement !

En signant, la Métropole perd toute indépendance; en ne signant pas, elle la perd puisqu’elle pourra aussi être sanctionnée. Mais au moins l’affirmation du refus de la perte d’indépendance aura-t-elle été claire !

En tant qu’élue ligérienne et élue de la République, j’invite toutes les collectivités à suivre l’exemple de la Métropole de Saint-Étienne pour refuser ce diktat jacobin qui vise tout simplement à mettre fin au principe constitutionnel de libre administration des collectivités.

J’ai aussi dénoncé dans cette assemblée l’attitude des Conseillers métropolitains, également Conseillers départementaux ou Vice-présidents qui ont voté pour la contractualisation en Assemblée départementale, après avoir manifesté lundi dernier derrière une banderole « MACRON m’a tué », et qui votent contre avec ferveur  aujourd’hui à ce Conseil de Saint-Etienne Métropole.

De la même manière, comment ne pas sourire à l’attitude des Conseillers régionaux présents aussi derrière cette banderole et qui défendent pourtant à la Région le Vote du contrat ! Ce que l’on devrait encadrer c’est le statut de girouette !

Nadia SEMACHE

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *