Le député Jean Michel MIS mobilisé aux côtés des salariés d’ENGIE

Aujourd’hui, mardi 26 juin, j’étais présent, en tant que député de la métropole stéphanoise, aux côtés des salariés de l’intersyndicale d’ENGIE, devant le siège social de l’entreprise, à la Défense à Paris afin de leur apporter mon soutien contre l’externalisation et les délocalisations successives du service client.


Mobilisé à leurs côtés depuis plusieurs mois déjà, j’ai tenu à réaffirmer ma volonté de tout mettre en œuvre pour mettre un terme à ces pratiques de délocalisation et à encourager la réimplantation des centres d’appel sur le territoire national. J’ai d’ailleurs déjà interpellé Bruno Le MAIRE, ministre de l’économie et des finances, par courrier sur cette situation. J’ai également pu échanger avec Delphine GENY-STEPHANN, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie et des finances, ce matin à l’Assemblée nationale.

En 2007, le groupe ENGIE comptait 32 centres de relation client en France et externalisait 20% des activités de service à la clientèle sur le territoire français. Aujourd’hui, en France, les activités de relation client exercées au contact des particuliers sont externalisées à 80 % dont 30% à l’étranger (bientôt 50%). 19 sites ont été fermés.

1200 emplois ont déjà été délocalisés et 3 000 autres sont menacés. Dans la Loire, ce sont 260 salariés d’Acticall qui sont menacés de perdre leur emploi par ces projets d’externalisation.

Aussi, à l’occasion des débats, à l’automne, à l’Assemblée nationale sur le projet de loi « PACTE », je veillerai à ce qu’une attention particulière soit portée sur cette question d’externalisation et de délocalisation des services client.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *