La CGT Précaires adresse une lettre aux élu(e)s contre la mort de L’ASSURANCE CHOMAGE

Député-e, Sénatrice, Sénateur,
Nous vous envoyons, ci-joint, l’analyse du Comité National CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires  concernant l’assurance chômage, actualité de l’Assemblée Nationale.
Nous vous rappelons, qu’en France, la réalité du chômage concerne plus de 10 millions de personnes inscrits ou non à Pole Emploi dont la moitié reste privée de l’assurance chômage,
Une grande partie des chômeurs ne bénéficient d’aucune indemnité, que celle-ci soit financée
par l’Assurance chômage ou par l’État. L’existence de chômeurs non indemnisés n’est même jamais évoquée dans les débats autour de la réforme en cours.
Entre 2003 et 2017, on passe de plus de 63 % de chômeurs indemnisés (par l’État ou l’Assurance chômage) à une couverture d’à peine plus de la moitié des chômeurs (51,0 %). Ainsi, la couverture des chômeurs indemnisés baisse de presque 20 % en moins de 15 ans et ce, de façon continue et régulière (Notes IES).
 
Nous vous rappelons aussi qu’avec vos lois, les contrats de travail précaires sont devenus la norme ces dernières années.  A titre d’exemple, en 2013 déjà, 83% des contrats de travail signés étaient des travailleurs précaires en CDD, intérimaires,… (chiffres INSEE).
En  juin 2003, moins de 50 % des allocataires indemnisables par l’État ou l’Assurance chômage mais non indemnisés sont concernés par une activité réduite. Fin juin 2016, parmi les indemnisables par l’Assurance chômage non indemnisés, ils sont plus de 88 % à travailler (Note IES). Cela se justifie en outre, par les sanctions, période de carence ou d’attente les congés maternité, les arrêts maladie, …
Alors que le nombre de chômeurs n’a jamais été aussi élevé, la proportion d’entre eux à être indemnisés n’a jamais été aussi basse.
 
Nous vous rappelons que l’augmentation de la précarisation des travailleurs due, en grande partie,  aux lois et ordonnances votées ou décidées par le Parlement et le gouvernement, ne fait qu’aggraver les chiffres du chômage alors même que les dividendes des actionnaires n’ont jamais été aussi élevés. Les sociétés du CAC 40 ont versé en moyenne 67,4% de leurs bénéfices sous forme de dividendes et de rachats d’action de 2009 à 2016.  
Ce document vous permettra de discuter rationnellement des textes et amendements votés à l’Assemblée Nationale jusqu’au 19 juin 2018, en prenant en considération une réalité de terrain cohérente avec le vécu des travailleurs et travailleuses privé-e-s d’emploi et précaires dont le nombre augmente de façon exponentielle.
Il apporte aussi nos solutions concrètes et réalisables. Vous avez nos coordonnées sur ce courrier, si vous souhaitez nous rencontrer.  
Le Comité local CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires de Saint Etienne.
Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *